L’Assemblée supprime la priorité au logiciel libre à l’école

Dans le projet de loi sur la refondation de l’école, un amendement stipulait que la priorité serait donnée aux « logiciels libres et aux formats ouverts de document ». Dorénavant, il faudra seulement « tenir compte de l’offre des logiciels libres, si elle existe ».

Habituellement dans le service public, le choix du logiciel libre est encouragé, quand celui-ci est le mieux adapté aux tâches qui doivent être remplies.

Le projet de loi, qui est en train d’être voté par les élus, propose un certain nombre de réformes dans le système éducatif français, dont certaines en rapport avec l’utilisation du numérique dans l’éducation.

Alors qu’il était prévu de donner la priorité aux logiciels libres dans les établissements scolaires, Vincent Peillon, ministre de l’Éducation Nationale, a proposé un amendement pour qu’ils ne soient plus qu' »envisagés ». Le but de cette manœuvre serait d’éviter de nombreuses complications juridiques.

Cependant, d’après April, l’association de défense du logiciel libre, le gouvernement aurait plutôt cédé au lobbying des éditeurs de logiciels payants, ce qui serait une « manœuvre au service d’intérêts privés, au détriment de l’intérêt général ».

Pourtant, un avis favorable a été donné à cet amendement, qui devra être examiné prochainement au Sénat.

 

 

Laisser un commentaire