Focus sur le programme économique d’Emmanuel Macron

Le candidat de la formation « En marche » a de fortes chances d’être élu après l’appel de François Fillon et de Benoît Hamon à voter pour lui lors du second tour de la présidentielle. Mais que contient réellement le programme économique d’Emmanuel Macron ? Focus.

Ce n’est pas un secret de Polichinelle, l’intéressé a fait de la simplification du droit du travail l’un de ses chantiers prioritaires. Il compte ainsi baisser de 6 points les cotisations sociales employeurs et jusqu’à dix points pour le SMIC. Quant à l’impôt sur les sociétés, il devrait être abaissé à 25% (au lieu de 33 actuellement) pour correspondre à la moyenne européenne.  Ce dernier a également promis de supprimer le RSI, véritable cauchemar chez les indépendants, et de transformer l’ISF en « Impôt sur la Fortune Immobilière ».

En ce qui concerne la réforme de l’assurance-chômage, autre patate chaude de son possible quinquennat, l’ex-ministre de l’Économie entend ouvrir les droits pour les salariés démissionnant. Par ailleurs, les artisans, les commerçants indépendants, les entrepreneurs, les professions libérales, et les agriculteurs pourront notamment s’en prévaloir.

Néanmoins, E.Macron imposera au préalable une recherche active et honnête d’un nouvel emploi, n’hésitant pas à menacer les canards boiteux d’une suppression des allocations en cas d’insuffisance d’efforts ou d’un refus de deux offres jugées raisonnables par le conseiller Pôle emploi; cette notion restant encore à définir.

Il s’est en contre-partie engagé à ériger « un plan inédit de formation et de qualification pour un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés », souligne le site Boursier.

Au niveau des taxations courtes, le dossier semble plus épineux puisque le Patronat s’y oppose catégoriquement. Le candidat marche donc sur des braises et propose en conséquence de taxer uniquement les entreprises profitant du système en ayant trop souvent recours à ce type de contrats.

Bye-bye la taxe d’habitation

La suppression de la taxe d’habitation a également largement animé sa campagne. Si les Français semblaient globalement convaincus par cette mesure, les maires l’étaient fatalement beaucoup moins. Macron a donc pris le taureau par les cornes et rassuré ces derniers en leur promettant de rembourser « le manque à gagner à l’euro près. »

Enfin, le favori des sondages prône parallèlement la soumission au Parlement d’un projet de loi portant sur la moralisation de la vie politique, et cela avant les législatives. De ce fait, « ce texte interdira aux Parlementaires de salarier des membres de leur famille et fiscalisera la totalité de leurs rémunérations, en particulier l’indemnité représentative de frais de mandat », poursuit le média.

Les résultats du premier tour : c’est ici

Source : Boursier

Laisser un commentaire