La fin des frais de roaming reste quelque peu piégeuse pour le consommateur

Fin frais roaming pièges
Le 15 juin 2017 marquera d’une pierre blanche le monde de la téléphonie avec la fin des frais de roaming dans les pays de l’Union européenne. De ce fait, les appels, SMS et même l’Internet mobile ne coûteront pas plus cher que sur le territoire français.

Néanmoins, cette réglementation imposée par Bruxelles reste partiellement piégeuse. 60 millions de consommateurs a donc relevé cinq failles à éviter absolument.

  • Hors d’Europe, point de salut

En effet, hors des nations de l’UE, les frais d’itinérance peuvent encore être appliqués par les opérateurs. Des abus sont fréquemment constatés : « Certains ne s’en privent pas et pratiquent encore des tarifs exorbitants pour l’Internet mobile, comme Orange qui dépasse les 13 € par méga-octet en Amérique du Nord et au Maghreb. »

  • En mer, la facture reste salée

Le site met notamment en garde le consommateur contre les voyages en Ferry puisque « entre deux pays européens, voire entre la Corse et le continent, les téléphones se connectent via un réseau propre à la compagnie maritime. »; une telle étourderie pouvant entraîner un coût particulièrement regrettable : « parfois 3,50 € la minute d’appel ! », poursuit cette même source.

  • Des (hauts) plafonds pour l’Internet mobile

L’utilisation de l’Internet mobile au sein de pays de l’UE peut comporter nombre de plafonds, et cela à la totale diligence des prestataires. Le site propose donc certains exemples pour étayer cette problématique :

« Pour les forfaits Bouygues Telecom incluant une enveloppe de données de 20 Go, « seulement » 5 Go sont utilisables en Europe. Même chose avec le forfait Free mobile, qui inclut 100 Go minimum en France : dans ce total, 5 Go sont utilisables à l’étranger (en Europe, mais également dans d’autres pays comme les États-Unis, Free se montrant ainsi plus généreux que ne l’impose la réglementation). »

  • Les très grands voyageurs pas totalement tranquilles

Si vous voyagez beaucoup, certaines subtilités doivent être correctement appréhendées afin d’éviter les mauvaises surprises :

« Les opérateurs conservent le droit d’appliquer à nouveau des surcoûts en itinérance à certains abonnés particulièrement « gourmands » en communications et connexions depuis l’étranger. Mais ce droit est très encadré : il peut s’appliquer seulement si l’utilisation en itinérance est plus importante que l’utilisation en France pendant quatre mois consécutifs. »

  • Les appels vers l’étranger restent facturés

Attention, la notion d’appel vers l’étranger depuis l’Hexagone peut occasionner de trop nombreuses étourderies. Autrement dit, « si les appels passés depuis un pays européen ne sont plus surtaxés, ceux passés depuis la France vers un pays européen peuvent encore l’être. Ainsi, appeler depuis Paris un ami à Berlin ou un cousin à Rome reste facturé hors-forfait, à moins que votre opérateur n’inclut ces appels internationaux dans votre forfait. »

Source : 60 millions de consommateurs

Laisser un commentaire