Romans-sur-Isère : histoire d’un renouveau économique

Romans-sur-Isère SFAM Archer

Il y a peu, Romans-sur-Isère était «condamnée». Mais c’était sans compter sur le groupe Archer et l’assureur SFAM, véritables piliers du renouveau économique que connaît la ville.

En France, le secteur de l’industrie est à la peine : selon une étude du Trésor, publiée jeudi 4 octobre, la part de l’industrie dans l’économie hexagonale est passée de 16,5 % en 2000 à 10 % en 2016. La déroute est-elle inévitable ? « Non ! » répond à l’unisson une myriade de petits et moyens entrepreneurs, qui ne se résolvent pas à voir disparaître des savoir-faire ancestraux et, avec eux, des milliers d’emplois.

Quand un entrepreneur veut, il peut. L’exemple de Romans-sur-Isère est, en ce sens, criant. Ancienne capitale française de la chaussure, cette commune de 33 500 habitants situé dans la Drôme, devait être l’un de ces nombreux territoires victimes de la désindustrialisation. « Dans les années 1980, la moitié des 50000 habitants du bassin de Romans-sur-Isère vivaient directement ou indirectement de l’industrie de la chaussure. En une quinzaine d’années, toutes les entreprises de chaussures, mais aussi de tanneurs, de fabricants de composants, de tresseuses à domicile ont quasiment disparu, ce qui a provoqué un chômage massif et d’énormes problèmes de pauvreté », explique Christophe Chevalier, PDG du groupe Archer.

Fondé en 1987, le groupe français s’est fixé pour objectif d’apporter des solutions au chômage de masse. En 2010, celui-ci décide alors de lancer sa marque de chaussures « Made in Romans » en y ouvrant un atelier de fabrication. Un pari risqué, mais gagnant. Aujourd’hui, de nouveaux artisans se sont installés et une association professionnelle, Romans Cuir, fédère les entrepreneurs pour l’achat du cuir, le partage de commandes ou encore la participation aux salons. Une cité du cuir et de la chaussure devrait même voir le jour d’ici la fin de l’année.

Pour M. Chevalier, « le redémarrage de cette industrie ne peut être isolé de la revivification de tout le territoire ». En effet, grâce à l’opiniâtreté de quelques-uns c’est toute la commune et la région qui renaissent de leurs cendres.

Romans-sur-Isère peut aussi compter sur SFAM

La ville peut en effet se targuer d’avoir vu naître de véritables pépites, qui lui ont fait du bien. La Société Française d’Assurances Multirisques (SFAM) est sans doute la plus célèbre d’entre elles. Créée à Romans en 1999 par Sadri Fegaier, SFAM est désormais le leader européen de l’assurance affinitaire pour la téléphonie mobile, le multimédia et les objets connectés.

Grâce à une croissance de 2 400 % sur cinq ans, les effectifs de SFAM sont passés de 120 à 1 300, et le nombre de ses clients s’élève aujourd’hui à 5 millions. SFAM a par ailleurs annoncé l’embauche de 1 000 nouveaux collaborateurs en CDI entre 2018 et 2019. Une véritable aubaine pour les romanais.

Si la société participe depuis sa création à relancer l’emploi dans la région, elle le fait avec la manière : SFAM s’est en effet classée première au classement HappyAtWork des entreprises de 500 à 999 salariés dans lesquelles les employés sont heureux de travailler. « SFAM a fait le choix de placer l’humain au cœur de sa politique sociale, la société mise sur la valorisation, l’épanouissement et le développement du potentiel de ses salariés comme moteurs de sa croissance et de sa performance», explique Sadri Fegaier. Non seulement l’emploi a le vent en poupe à Romans-sur-Isère, mais il fait bon y travailler.

Plus récemment, la ville a vu un certain Thomas Duriez se lancer dans la fabrication de jeans – là encore – made in France. En 2013, le natif de Romans a en effet créé sa propre marque de jeans, « 1083 ». En 4 ans, Thomas Duriez a embauché une quinzaine de jeunes de la région, atteint 2 millions de chiffre d’affaires et ouvert 3 autres boutiques à Grenoble, Nantes et Lyon. Une belle réussite qui lui a permis, en 2016, d’ouvrir son propre atelier de confection à… Romans. Qui poursuit plus que jamais son renouveau économique.

Laisser un commentaire