Les buralistes moins dépendants du tabac d’ici sept ans ?

Tabac-presse
Alors que la vente de tabac décroît doucement mais sûrement pour les buralistes en raison de taxes toujours plus fortes, ces derniers tentent en retour de diversifier au maximum leurs sources de revenus. 

Les buralistes et marchands de presse ont en effet signé récemment un nouvel accord avec PMU, qui leur offrira, dès avril, un meilleur intéressement sur les paris. Selon Le Télégramme, cette rémunération oscillera en conséquence entre 1,8 et 2,25 % du montant des sommes engagées. Mais ce n’est pas tout, ces commerçants verront leur prime de disponibilité doubler à 0,4 % s’ils sont ouverts au moins 360 jours par an.

Un partenariat gagnant-gagnant, donc, puisque le Pari Mutuel Urbain y trouve également son compte, révèle son directeur général, Cyril Linette :

“Le réseau de points de vente tient une place centrale dans le déploiement de notre stratégie de relance. (De ce fait), il était impératif pour PMU de consolider sa relation avec l’ensemble des acteurs de son réseau. Avec une expérience en point de vente modernisée et un nouveau contrat de partenariat avec les titulaires, le PMU se donne (assurément) les moyens de relancer son activité.”

Par ailleurs, il est important de préciser qu’un autre accord d’ampleur a été signé en février dernier avec la FDJ leur offrant en 2019 une commission de 5,3% sur les jeux d’argent.

Enfin, les buralistes et marchands de presse bénéficieront jusqu’en 2021 d’un plan de transformation de 80 millions d’euros financé par l’Etat. Le but : permettre aux 24 500 points de vente de l’Hexagone (80 000 emplois) de diversifier leurs activités (produits de vapotage, relais-colis, conciergerie de quartier, « snacking », etc.) tout en bénéficiant d’une aide de 33 000 euros maximum.

Crédit photo : Wikimédia

Laisser un commentaire