Europacity relancé, le centre commercial de la gare du Nord à l’arrêt

En l’espace de quelques jours, deux décisions importantes pour l’aménagement économique de Paris et de sa banlieue sont tombées dans l’actualité. Alors que la justice a validé en appel la création d’une ZAC dans le triangle de Gonesse pour accueillir, entre autres, le complexe Europacity, la commission départementale d’aménagement commercial de la ville de Paris a rendu un avis défavorable à la transformation de la gare du Nord.

Le 11 juillet dernier, la cour administrative d’appel de Versailles a levé l’un des principaux obstacles à la création de la zone d’aménagement concerté du Triangle de Gonesse.

En effet, en mars 2018, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise avait invalidé l’autorisation d’aménagement, estimant comme les associations écologistes que l’étude d’impact sur l’environnement était insuffisante. L’État et l’aménageur public Grand Paris Aménagement avaient fait appel de cette décision et la cour administrative d’appel de Versailles vient de leur donner raison, annulant la décision du tribunal de Cergy-Pontoise en jugeant que « le contenu de l’étude d’impact est proportionné à la sensibilité environnementale de la zone ».

Une décision qui est un véritable revers pour les opposants à Europacity, et une victoire pour l’État, le promoteur Alliage et Territoire et pour la mairie de Gonesse. La commune attend en effet beaucoup de l’aménagement de la zone : 50 000 emplois non délocalisables pourraient être créés avec Europacity et le quartier d’affaires Triango.

Mais le dossier est encore loin d’être clos : d’autres recours contre l’aménagement du complexe de loisirs sont toujours en cours d’instruction, notamment à propos du Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Gonesse. Annulé en mars par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, la municipalité a fait appel.

Cependant dans le Val d’Oise, les travaux ont déjà commencé sur la zone du Triangle de Gonesse, puisqu’elle doit accueillir en 2027 une gare du Grand Paris Express. Une gare qui doit permettre de désenclaver cette région de la banlieue parisienne, densifier les réseaux de transports en commun et permettre un accès rapide depuis le centre de Paris à Europacity.

Entre les opposants et les défenseurs du projet, le bras de fer est donc loin d’être terminé. Mais une fois de plus, un aménagement économique du territoire se décidera dans les prétoires.

Contretemps pour la transformation de la gare du Nord

Avec 180 millions de voyageurs par an, la gare du Nord est la plus grande gare d’Europe pour le trafic voyageur, et la troisième plus grande du monde après celles de Tokyo et de Chicago. Véritable clef de voûte des transports en Île-de-France, la gare du Nord est aussi la voie d’accès à plusieurs autres régions françaises et à d’autres pays comme la Belgique, les Pays-Bas et bien sûr le Royaume-Uni.

Une zone de transports et donc d’échanges et de commerces. C’est pourquoi la rénovation de la gare du Nord, prévue pour les Jeux olympiques en 2024 prévoit le doublement de sa surface, avec notamment une nouvelle aile afin de créer un terminal de départs séparé des arrivés. Un chantier qui prévoit aussi et surtout une multiplication par 5 des espaces commerciaux. Un gigantesque projet, baptisé StatioNord et mené par Auchan et la SNCF.

C’est sur cette explosion de la surface de vente totale de la gare que devait se prononcer la CDAC (Commission départementale d’aménagement commerciale) de Paris. Elle a rendu, à la surprise générale, un avis défavorable à ce projet. Une décision qui bloque en l’état l’obtention du permis de construire du projet.

Clap de fin ? Là encore, comme pour l’aménagement du Triangle de Gonesse, les soubresauts et les rebondissements semblent désormais faire partie du déroulé des travaux. « L’avis de la CDAC n’a pas d’incidence sur le calendrier du projet », assure-t-on chez StatioNord, qui table désormais sur un permis délivré fin 2019 — début 2020. « Nous avions anticipé et intégré ce type de décision administrative dans notre planning général ».

Comme Europacity soutenu par la commune de Gonesse, le projet de réaménagement de la gare du Nord est soutenu par la Mairie de Paris. Même si son avis est consultatif sur ce dossier, l’appui politique de la majorité municipale au projet devrait permettre, à terme, de débloquer la situation. StatioNord devrait bel et bien sortir de terre un jour, tout comme Europacity. Il faudra juste s’armer de patience.

Laisser un commentaire