Venezuela : l’inflation a atteint près de 10 000 % en 2019 !

Venezuela : l'inflation a atteint près de 10.000 % en 2019
Le Venezuela, qui possède les réserves d’or noir les plus importantes du globe, ne finit plus de s’enfoncer dans une spirale infernale sans fin. Et cela, sous la houlette du gouvernement Maduro. En atteste une inflation qui donnerait des vertiges au plus téméraire des alpinistes. 

En conséquence, cette donnée synthétise logiquement des répercussions ultra-négatives sur l’économie domestique. A titre d’exemple, “le nouveau salaire minimum mensuel vénézuélien, 250 000 bolivars (environ 3,1 euros), résultant de la hausse de 67 % décidée par Nicolas Maduro en janvier dernier, ne permet même pas d’acheter un kilogramme de viande de bœuf”, relaie le site CNews.

Le Bolivar out; le dollar in

Qui ajoute que “même en prenant en compte l’augmentation simultanée en janvier du montant des tickets d’alimentation, passé de 150 000 à 200 000 bolivars (2,5 euros), les travailleurs touchant le salaire minimum au Venezuela (soit essentiellement les fonctionnaires) entrent (de facto) dans la catégorie de l’extrême pauvreté selon la Banque mondiale. Ceux-ci ne gagnant en effet que 450 000 bolivars (5,60 euros) par mois, soit environ 0,2 euro par jour”.

Au final, “un gigantesque marché noir pour se procurer des dollars s’est ainsi créé. Selon le cabinet vénézuélien Ecoanalitica, 53,8 % des transactions dans le pays se font (donc) par le biais de cette devise. Un chiffre qui devrait atteindre 70 % en 2020”.

L’échec Juan Guaido

De son côté, Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, a rappelé récemment sur France 24 que le chef de l’opposition, Juan Guaido, “a surestimé ses capacités à forcer la fin du régime de Maduro. Le pouvoir actuel tenant par le (seul) jeu d’intérêts économiques car la garde rapprochée de l’actuel président vénézuélien n’a pas pris ses distances avec lui”.

Et pour cause, “toutes ses tentatives pour renverser le pouvoir sont restées vaines. Ni les manifestations qu’il a organisées début 2019, ni même son appel aux troupes à se soulever, le 30 avril, n’ont abouti… puisque les casernes n’ont pas bougé.”

Dans les faits, le chef de l’opposition s’est auto-proclamé président par intérim du géant sud-américain au mois de janvier 2019. Désormais, 50 nations le reconnaissent comme le leader légitime.

Mathieu Portogallo

Crédit photo : Wikipédia

A lire aussi :

Laisser un commentaire