30% des Français victimes de discrimination au travail

D’après un baromètre de l’IFOP rendu public lundi 14 Janvier, près d’un Français sur trois déclare avoir déjà été victime de discrimination au travail.

30% des Français qui travaillent, secteurs privés et publics confondus, déclarent dans un baromètre Ifop commandé par l’OIT (Organisation Internationale du Travail), avoir déjà été victimes de discrimination. Le baromètre des discriminations enregistre une hausse quatre points par rapport à l’année dernière.

Sans surprise, les critères de cette discrimination au travail sont, dans l’ordre, l’âge, le sexe, et la grossesse ou la maternité. Dans le secteur privé, 32% des salariés déclarent que leur âge a été une caractéristique discriminante, contre 20% dans le public. De son côté, le sexe a déjà été un motif de discrimination pour 22% des salariés du privé, contre 26% dans le secteur public. Ajoutées à cela la grossesse et la maternité, les femmes sont les plus touchées par ces discriminations dans le cadre du travail.

Les principaux obstacles à l’embauche sont quant à eux, dans l’ordre : le fait d’avoir une maladie grave, l’appartenance à la communauté des gens du voyage, être handicapé(e), être âgé de plus de 45 ans, être obèse, transsexuel, étranger ou encore syndiqué.

Cependant, malgré l’importance de ces discriminations dans le monde du travail, 39% des victimes déclarent ne rien révéler de leur incident, affirmant que « cela n’aurait rien changé ».

Laisser un commentaire