Les Etats généraux de l’alimentation pour rassurer les agriculteurs ?

Etats généraux de l'agriculture

Rassurer les agriculteurs, tel est le leitmotiv des Etats généraux de l’alimentation qui se sont ouverts hier à Bercy. Cette concertation, chère à Emmanuel Macron, réunit agriculteurs, industriels, distributeurs, associations de consommateurs, élus territoriaux, associations caritatives ou encore ONG.

Selon le site Boursorama, l’objectif de ce rendez-vous est double. Tout d’abord, que les agriculteurs puissent vivre dignement de leur travail par le paiement de “prix justes”. Deuxièmement, que le modèle de production agricole s’adapte aux attentes des consommateurs, c’est à dire une alimentation saine et durable.”

Une volonté largement partagée par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, qui pilote l’événement :

Il y a une profonde détresse dans le monde agricole, qui n’arrive pas à obtenir une juste rémunération de son travail, et donc à vivre dignement. Face à cela, la question centrale, c’est comment on crée et on répartit la valeur.”

Mais aussi par le Premier ministre, Edouard Philippe, qui n’a pas manqué de mettre en avant “la relation ancestrale des Français à leur agriculture, et la place de la puissance agricole française dans le monde.”

Du côté des principaux intéressés, l’heure était néanmoins à la méfiance :

C’est le cas de  Michel-Édouard Leclerc, président du groupement de supermarchés E. Leclerc et premier partisan des prix bas : “Êtes-vous prêts à des prix en hausse et moins de marges? C’est deux choses contradictoires” a-t-il martelé.

Ou encore de  Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, principal syndicat agricole :

Les sujets prix et qualité sont liés. Plus vert, c’est plus cher !  Nous proposons un double pacte économique et sociétal aux consommateurs, (ce qui sous-entend), quelques centimes de plus pour rentabiliser et moderniser les exploitations et mieux répondre aux attentes qualitatives.”

Source : Boursorama

Laisser un commentaire