Linky : les usagers doivent-ils craindre un surcoût ?

Déployé dans toute la France depuis décembre 2015, Linky est accusé de vouloir surfacturer ses usagers. En France et à l’étranger, les études montrent que les compteurs communicants permettent au contraire de mesurer précisément la consommation réelle d’électricité, et de réaliser des économies.

Après les craintes sur les ondes électromagnétiques, la surveillance de la consommation et l’exploitation des données, les opposants au nouveau compteur Linky s’attaquent maintenant à son coût, ou plutôt son surcoût, une fois les 35 millions de foyers français équipés à l’horizon 2021. Le 22 mars, une petite centaine de manifestants a protesté contre son installation devant la Maison de la Radio, où se tenait un rassemblement des maires de France. Ils ont dénoncé l’augmentation à venir des factures d’électricité, alors que la pose est totalement gratuite pour l’usager. Enedis (ex-ERDF) qui a déjà équipé plus de 3,5 millions foyers depuis décembre 2015, prend en effet en charge la totalité des 5 milliards d’euros de frais d’installation en tablant sur les économies effectuées grâce aux interventions à distance rendues possibles par la nouvelle technologie Linky.

Le mouvement Stop-Linky et l’association Robin des Toits s’appuient pourtant sur le cas d’un couple de Quarouble, près de Valenciennes, qui s’est étonné d’avoir vu sa facture tripler depuis l’installation du compteur connecté en avril 2016. Après vérification, Enedis a conclu que les consommations rapportées par Linky étaient « cohérentes » avec le type de logement occupé. « Ce sont plutôt les consommations antérieures à la pose du nouveau compteur qui apparaîtraient anormalement basses », s’est justifié l’opérateur. « Nous n’avons pas eu de compteur défectueux, mais si cela arrivait, il cesserait de fonctionner plutôt que de créer une surconsommation », a ajouté Stéphane Ledez, directeur régional d’Enedis.

Une facture au centime près, plutôt qu’une estimation annuelle

« En matière de fiabilité métrologique, les compteurs Linky répondent à la norme MID (Measuring Instruments Directive, ou directive des instruments de mesure), qui permet de s’assurer que les dispositifs de commutation, telles les ampoules à basse consommation ou LED, sont parfaitement intégrées et comptabilisées par les compteurs », assurent les fabricants dans un récent communiqué. C’est d’ailleurs là tout l’intérêt du nouveau compteur intelligent, qui informe les ménages et l’opérateur en temps réel de leur consommation d’électricité. Avec, à la clé, une facture mensuelle ajustée au centime près plutôt qu’une estimation approximative à partir du relevé annuel, comme c’est le cas avec les vieux compteurs électriques.

Pour les foyers déjà équipés, Linky présente ainsi l’avantage d’être plus pratique que son prédécesseur ‒ les relevés et interventions à distance n’imposent plus aux usagers de poser une demi-journée pour ouvrir la porte au technicien ‒ et surtout de permettre aux Français de réaliser des économies en maîtrisant davantage leur consommation quotidienne d’électricité. « C’est un outil précieux, confirme Françoise Thiebault, secrétaire générale des Associations familiales laïques (AFL) de Paris, qui défend les intérêts des consommateurs. L’analyse des données, éventuellement avec l’aide des fournisseurs, leur permettra de comprendre quels sont les gisements potentiels d’économies. »

Des retours d’expérience positifs à l’étranger

Les études scientifiques sont unanimes quant à l’intérêt de Linky pour réduire les factures d’électricité. En France, un rapport du CNRS a conclu que l’accès à l’information sur la consommation électrique permettait de diminuer celle-ci de 23 %. En Grande-Bretagne, où les compteurs intelligents sont déployés depuis 2011, une étude du ministère de l’Économie, de l’Énergie et de la Stratégie industrielle a démontré que leurs bénéficiaires pouvaient s’attendre « à une réduction de leur consommation énergétique, résultant d’une meilleure information sur les coûts et usages de l’énergie ». Il en ressort « des preuves significatives démontrant que le retour des consommateurs équipés de compteurs intelligents mène à une réduction de la demande en énergie ». En Suède, où 99 % des ménages sont déjà équipés de compteurs intelligents, les chercheurs sont arrivés aux mêmes conclusions… L’économie d’énergie est d’ailleurs le principal objectif de Linky, ainsi que le rappelle la loi de transition énergétique votée par la France en août 2015 afin d’ « inciter les utilisateurs à limiter leur consommation aux périodes de pointe ».

Laisser un commentaire