Antoine Frérot, un mauvais bilan à la tête de Veolia ?

Depuis plusieurs jours, les bruits d’éviction d’Antoine Frérot de la tête de Veolia font l’actualité. Polémique Borloo ou pas, son bilan plaiderait fortement en sa défaveur.

-60% depuis un an en Bourse, entre 200 et 400 millions d’euros de perte devant être annoncées à la fin du mois pour 2011, 21 milliards d’euros de dette : les chiffres font mal mais ils sont éloquents. Le bilan d’Antoine Frérot en tant que président de Veolia ne plaide pas pour son maintien à la tête de l’entreprise.

Comment expliquer ces chiffres, qualifiés de “calamiteux” par l’Expansion ? Bien sûr, la crise économique a joué un rôle important, amplifié par les investissements des précédentes années. Cependant, sa frilosité et son manque de contact avec le terrain figurent au palmarès des griefs des membres de son Conseil d’administration.

Depuis son accession à la présidence de Veolia en décembre 2010, Antoine Frérot a prôné une politique de réductions de coûts et de cessions, afin d’endiguer la baisse de rentabilité. Le groupe s’est recentré sur l’eau, la propreté et les services à l’environnement. Plus de 800 millions de provisions et de dépréciations d’actifs ont été effectués en août puis en novembre, alimentant l’inquiétude des marchés.

En décembre dernier, Antoine Frérot a annoncé un plan de restructuration qui n’a malheureusement convaincu personne. La présence de l’entreprise a été ramenée de 77 à 40 pays, l’activité transports a été abandonnée via la vente des 50 % détenus dans Veolia Transdev, EDF est monté au capital de leur filiale commune Dalkia et le désendettement a été érigé en priorité absolue. Forcément devant un tel plan d’austérité, les investisseurs ont réagi négativement. La banque UBS recommande de vendre l’action, son cours (- 61 % en un an) n’ayant pas rebondi. Le cabinet Macquarie considère que ce plan est responsable de la dégradation de la note du groupe par les agences de notation.

Devant de tels résultats, nombreux sont les membres du conseil d’administration à réclamer son départ. Plusieurs personnalités ont été évoquées:  Jean-Louis Borloo, Jacques Veyrat l’ancien dirigeant du groupe Louis-Dreyfus, Daniel Bouton (ex-Société Générale) ou Louis Schweitzer (Renault), tout deux membres du CA. Antoine Frérot pourra-t-il s’en sortir ? Veolia a intérêt à présenter le 1 er mars des résultats annuels sans nouvelles surprises.

 

Déjà un commentaire sur cet article

  1. Un grand Bravo pour votre site qui est un total plaisir a decouvrir. Amicalement …

Laisser un commentaire