Chute en bourse : Apple, multinationale en déclin ?

Chute en bourse : Apple, multinationale en déclin ?

La situation de Apple est paradoxale : si le géant du high-tech reste la plus grosse capitalisation boursière mondiale, à environ 500 milliards de dollars, son action a perdu 22% depuis le 19 septembre. En deux mois, cette chute actionnariale représente l’équivalent de… 150 milliards de dollars ! C’est 64 fois le PIB du Burundi…

Cette chute n’est-elle due qu’à une valorisation excessive d’Apple en septembre ? On peut le penser car depuis le 1er janvier 2012, l’action de la multinationale américaine reste en hausse de 35%. Mais il n’en faut pas plus pour alerter les traders et les divers spéculateurs de Wall Street. Cette fin d’année 2012 marque-t-elle le déclin (relatif) d’Apple, qui connaît un « âge d’or » boursier depuis quatre ans avec une valorisation multipliée par six ?

Le manque de nouveaux produits phares et la concurrence accrue sont les deux plus grands obstacles d’Apple. Trip Chowdhry, analyste chez Global Equities Research, nous donne des éléments d’explication : « les investisseurs ont perdu leur confiance dans le management d’Apple. Le rythme de l’innovation est en déclin alors qu’il accélère dramatiquement chez les concurrents ». Un des concurrents les plus sérieux d’Apple étant le coréen Samsung, qui a vendu deux fois plus de smartphones au cours de ce troisième trimestre.

Leslie Griffe de Malval, gérant chez FourPoints, enfonce le clou : « il y a une certaine fatigue dans le parcours boursier d’Apple. Le groupe est aujourd’hui à un tournant. Les marchés s’interrogent sur ce que sera le prochain relais de croissance du groupe, qui permettra de soutenir l’action à moyen terme ».

Michael Gartenberg, directeur de recherche chez Gartner, pondère ce point de vue pessimiste : « l’entreprise a toujours réussi à moins dépenser que les autres en se concentrant sur le bon produit ». Quel sera ce bon produit ?

Ce trimestre devrait malgré tout être le meilleur de l’histoire d’Apple, à plus de 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires, notamment grâce à l’iPhone 5, décrit comme l’iPhone « le plus fin, le plus léger et le plus rapide ». Présenté le 12 septembre dernier lors d’une keynote très attendue, les pré-commandes ont atteint des records avec deux fois plus d’iPhone 5 vendus en 24h que son prédécesseur l’iPhone 4S. Cependant, si les ventes seront au rendez-vous, les marges du trimestre seront moins importantes que celles réalisées à la même période l’an dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.