Belgique : la vente d’armes critiquée par Amnesty International

Les parlements walllon et flamand avaient adoptés en 2012 de nouvelles dispositions sur l’importation, l’exportation et le transfert d’armes. Mais selon le rapport 2013 d’Amnesty International paru hier, elles ne permettraient pas de contrôler efficacement la destination finale des armes vendues.

D’après Amnesty International, 45% des armes fabriquées en Wallonie seraient vendues au Proche et Moyen-Orient. Plus grave, 85% de celles-ci auraient fini leur course en Arabie Saoudite, pays dans lequel le respect des Droits de l’Homme est encore très faible.

Mais ce n’est pas le seul grief qu’Amnesty International a retenu contre le royaume. Le rapport mentionne en effet d’autres secteurs problématiques. Les conditions de détention par exemple ont été évaluées très insuffisantes, notamment pour les prisonniers présentant des troubles psychologiques. Les prisons sont jugées surpeuplées, et mal équipées en installations sanitaires.

L’ONG estime également que le pays montre de trop grandes discriminations, religieuses ou à l’égard des gens du voyage.Pour finir, Amnesty International regrette que 44% des plaintes pour viol collectif soient classées sans suite, et considère que le respect des Droits de l’Homme n’est pas encore optimal dans le royaume.

 

Laisser un commentaire