Les pays pauvres pourront dépister le cancer du col de l’utérus

Des chercheurs indiens viennent de mettre au point une nouvelle façon de dépister le cancer du col de l’utérus. Rapide et efficace, il est également très peu couteux, puisqu’il est effectué à l’aide d’un coton-tige et de vinaigre.

La prévention du cancer du col de l’utérus repose sur un dépistage de type « frotti », et sur un vaccin au papillomavirus, qui provoque ce type de cancer. Mais des milliers de femmes ne peuvent profiter ni de cette méthode, ni de ce vaccin, qui sont encore beaucoup trop coûteux.

Les scientifiques ont donc mis au point un nouveau type de dépistage. Il consiste à appliquer du vinaigre à l’aide d’un coton-tige sur le col de l’utérus : soixante secondes plus tard, à la lumière d’un halogène, les tissus cancéreux deviennent blancs, alors que les parties saines ne changent pas de couleur.

Chaque année, près d’un demi-million de cas de cancer du col de l’utérus sont recensés dans le monde, dont 85% dans les pays en voie de développement. Avec près de 275.000 décès par an, c’est l’une des principales causes de mortalité par cancer chez la femme.

Selon les tests effectués sur 150.000 femmes indiennes, ce nouveau dispositif permet de réduire de 31% le taux de mortalité dû à cette forme de cancer. Ce test pourrait donc sauver environ 22.000 Indiennes chaque année, ou 73.000 femmes issues de pays pauvres.

Déjà un commentaire sur cet article

  1. ecuruma dit :

    suis tres ravis de tout le travail que vous faites

Laisser un commentaire