La production du vin français se porte bien en 2013

La production du vin français se porte bien en 2013

Verzenay_vignoble@photoVassilSelon l’Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture, la production du vin en France pour 2013 est estimée en hausse de 11% par rapport à 2012. Dans ses prévisions établies au 1 août, l’Agreste évalue que la récolte 2013 devrait s’élever à 45,8 millions d’hectolitres, soit une progression de 11% par rapport à 2012 et ses 41,3 millions produits. Elle retrouve ainsi le niveau de la moyenne de 2008 à 2012 qui est de 45,4 millions.

Toutes les catégories de vins devraient connaître une progression comparée à 2012, +9% pour les vins de pays (IGP) et +5% pour les vins d’appellation (AOP), avec 13,3 et 20,6 millions d’hectolitres de vins produits respectivement. La production des vins pour eaux-de-vie devrait bénéficier d’une augmentation de 18% pour une récolte estimée à 8,9 millions d’hectolitres. La plus forte hausse serait à créditer aux autres vins, constitués des vins sans indication géographique notamment, +49% par rapport à l’année précédente et 3 millions d’hectolitres produits.

Le Languedoc Roussillon, la région qui produit le plus de vins en France devrait connaître une progression de 11% par rapport à 2012, avec 13,300 millions d’hectolitres prévus. Pour les vins issus des vignobles de Champagne et du Val de Loire, une hausse, de 56% et 41% respectivement est estimée. Il en est de même pour les vins issus de Bourgogne et dans le Beaujolais (+25%) et les vins de Charentes (+20%). Les plus petits vignobles enregistreront eux aussi une hausse de leur production : + 24% pour les vins du Jura, +9% pour la région Savoie et +5% pour la Corse.

 La récolte 2013 du vignoble Bordelais s’annonce quant à elle moins bonne avec une baisse prévue de 8% de sa production par rapport à l’an passée, et 5 millions d’hectolitres prévus. En Alsace, le rendement serait aussi inférieur à celui de 2012 avec une chute de 11%. Enfin, l’Agreste estime que les vins issus des autres vignobles du Sud-Est (Ardèche, Bouches-du-Rhône, Drôme, Var et Vaucluse) devraient eux aussi subir un repli de 9% de leur production.

 Ces prévisions ont été établies sans prendre en compte les aléas climatiques et les problèmes sanitaires qui pourraient survenir jusqu’au vendanges. Les vignobles, bien rechargés en eau dans la majeure partie des régions, profitent des températures élevées de cet été en France. Cependant, les conditions météorologiques de ces prochains jours seront déterminantes. En 2012, les conditions climatiques défavorables lors de la floraison et de la formation des raisins en été, ont été la conséquence de sa historiquement faible récolte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.