Des prix avantageux, mais peu de convertis : le paradoxe de l’e-banking

banque-en-ligne _ photoCodaSelon une enquête réalisée par le groupe Wincor Nixdorf en partenariat avec l’IFOP, le marché des banques en ligne met du temps à décoller en France. D’après ces chiffres, publiés jeudi 19 septembre, seuls 2% des français indiquent avoir pour banque principale une banque en ligne. Principale raison avancée : même s’il le fréquente peu, le citoyen français est très attaché à son établissement bancaire.

Les français tarderaient à ouvrir un compte bancaire dans une agence en ligne à cause de profondes habitudes liées à leur banque principale. En effet, 52% des personnes interrogées fréquentent le même établissement bancaire depuis au moins 20 ans. Un tiers des interrogés affirment même que leur fidélité s’explique par le fait qu’il s’agit de l’établissement où ils ont ouvert leur premier compte. Et 32% indiquent se rendre dans leur agence une fois tous les six mois.

De plus, les français semblent être rassurés par les services dont ils seraient privés par une banque dématérialisée. 32% des sondées avouent être rassurés par “la possibilité de se déplacer en agence en cas de problème” et 31% par “la possibilité de rencontrer son conseiller”.

Le peu de convertis aux banques en ligne semblent également s’expliquer par un manque d’information. En effet, seul 28% de l’échantillon interrogé affirme que des économies sur les frais de dossier pourraient être une raison les poussant à se convertir à des services comme ceux proposés par Hello Bank, la banque en ligne du groupe BNP Paribas. Pourtant, selon un article du Figaro, les clients des banques en ligne ont accès à des tarifs moins élevés que les clients des banques traditionnelles.

“Les tarifs de ces banques sont très concurrentiels” indique Ludovic Herschlikovitz, fondateur de  choisirmabanque.com. “La marge de progression est énorme. Je pense que les comptes en ligne vont exploser d’ici 10 ans. Le format séduira les jeunes d’aujourd’hui qui sont constamment connectés et toujours à la recherche du meilleur prix” prédit-il.

Malgré des prix attractifs, raison principale pour franchir le pas, les français ne se convertissent que petit à petit aux banques en ligne… Voilà le paradoxe de l’e-banking!

Laisser un commentaire