La croissance augmente de 1.9% au Royaume-Uni en 2013

La croissance augmente de 1.9% au Royaume-Uni en 2013

Londres_gardes_Dany TolengaLe Produit Intérieur Brut (PIB) a progressé de 0.7% au 4e trimestre 2013 au Royaume-Uni, selon les chiffres du Bureau national britannique des statistiques (ONS). La croissance annuelle atteint les 1.9 %. C’est la meilleure performance de l’économie Britannique depuis 2007.

 

Les observateurs n’avaient pas prévu cette embellit économique. Quelles sont les raisons de ce sursaut de croissance ?

La croissance tirée par les services

Selon les chiffres publiés par l’ONS, le secteur tertiaire (production de services) représente plus des trois quarts du PIB britannique. Il a connu une croissance de 0.8%  au quatrième trimestre. La production de services portent l’économie de l’autre côté de la manche. Au même titre que la consommation des ménages est le moteur de la croissance française.

Une nouvelle bulle immobilière

Les prix de l’immobilier sont en hausse de 7.5% au Royaume-Uni en 2013.  L’action d’aide à l’emprunt de la Banque d’Angleterre a permis de redonner confiance aux banques. Elles ont à nouveau accordé des prêts hypothécaires. Les Anglais vivent dans une société de propriétaire. Ils ont acheté des logements. Les prix ont augmenté.  A Londres la très forte progression du coût d’accès à la propriété fait craindre une nouvelle bulle immobilière.

Un effet de rattrapage

Le gouvernement français rêve des 1.9% de croissance Britannique. La Banque de France prévoit une croissance de 0.5% en Hexagone. Il faut mettre ces chiffres en perspective. L’économie Britannique réalise sa meilleure performance depuis 2007. Le PIB reste inférieur de 1.3% à son plus haut niveau atteint au premier trimestre 2008. L’Angleterre fait moins bien que la plupart de ses partenaires européens dont la France sur ces 6 dernières années. Elle comble son retard. On assiste à un effet de rattrapage.

Le taux de chômage a baissé grâce à la vigoureuse reprise de l’économie anglo-saxonne. Il se porte à 7.1% de la population active. Les observateurs tablent sur une croissance de 3% au Royaume-Uni en 2014.

Aux vues des économistes, la croissance demeure fragile. Les investissements des entreprises restent ternes. C’est inquiétant à moyen terme. La Banque d’Angleterre maintient son taux directeur à 0.5%. Elle estime que l’économie britannique est loin d’être remise sur pieds.

Crédit photo : Dany Tolenga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.