Emploi : amélioration de la situation française ?

ChomageL’INSEE vient de rendre publics ses chiffres du chômage pour 2013. Après l’inversion de la courbe du chômage des jeunes, la situation française est-elle en train de s’améliorer ? Quelques éclaircies sont à noter, toutefois, la récente décision de placer la France sous surveillance renforcée montre les limites de ces bonnes nouvelles…

Les chiffres annoncés par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques indiquent une légère diminution du chômage. Si le ministre du travail, Michel Sapin, s’est réjoui de voir son action porter ses fruits, « une baisse aussi petite n’est pas interprétable » souligne Christine Erhel, chercheuse au Centre d’études de l’emploi. Ainsi malgré les contrats aidés et les emplois d’avenir, le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon estime que « la précarité continue également d’exploser ».

Qui plus est, ces résultats diffèrent de ceux établis par Pôle emploi. Pour mieux comprendre ces contradictions, il faut s’intéresser aux détails et à la méthode de calcul. On remarque que les chômeurs de catégorie A (les derniers inscrits) continuent d’augmenter alors que certains individus en fin de droits ne s’enregistrent plus auprès de l’Institut. L’analyste de l’OFCE, Eric Heyer, nous explique donc que « ce n’est pas une bonne baisse du chômage, car les gens qui ont quitté le chômage n’ont pas retrouvé un emploi ».

« Tout l’enjeu maintenant, c’est le rebond » souligne Christine Erhel. A ce titre, Arnaud Montebourg rappelait il y a quelques jours que la production industrielle était repartie à la hausse. Cet indicateur est souvent observé par les prévisionnistes pour déterminer les futures tendances de l’emploi, et le ministre du redressement productif semble confiant. En effet, il y a bien des raisons d’être optimiste, la récente annonce du groupe EDF de créer un millier d’emplois dans la région Rhône-Alpes – dont 80% sont industriels – atteste par exemple d’un dynamisme retrouvé.

En dépit de ces bons présages, la commission européenne vient tout de même de placer la France sous surveillance renforcée. D’après le commissaire aux affaires économiques, Ollie Rehn, « malgré les mesures prises pour favoriser la compétitivité, jusqu’à présent, le rééquilibrage est limité. […] Le coût du travail reste élevé ». Alors que l’objectif d’inverser la courbe a été reporté à 2014 par François Hollande, la politique de l’emploi devrait encore être l’objet de toutes les attentions…

Laisser un commentaire