Ebola : un antiviral japonais offre des résultats « encourageants »

Favipiravir« Ils montrent une réduction du nombre de décès chez les adultes et adolescents ayant une faible multiplication du virus. La guérison est accélérée » déclare l’Élysée.
Encore en essai clinique en Guinée, le traitement semble marcher. Serait-ce donc le traitement pour vaincre l’épidémie ? En effet, le traitement expérimental soulevait une vague d’espoir selon les informations recueillies ce vendredi 6 février.
En même temps, le Fonds monétaire international a déclaré que les dettes des trois pays les plus touchés par l’épidémie dont la Sierra Leone, le Libéria et Guinée seront allégés de 100 millions de dollars, pour qu’ils puissent faire face à l’épidémie. Le FMI appliquerait le même mécanisme qu’il a utilisé suite au séisme qui a touché l’Haïti en 2010.
Malgré cela, selon le Dr Bruce Aylward, chef d’opérations anti-Ebola pour l’OMS, l’épidémie « n’est pas encore vaincue », en commentant les derniers chiffres indiquant la hausse des nouveaux cas recensés. « Le virus nous a dit haut et fort cette semaine ‘je ne vais pas disparaître comme vous vous y attendez ’ » met en garde le Docteur en insistant sur le fait que certaines zones sont inaccessibles en saison de pluie.
Axelle Ronsse, coordinatrice médicale de MSF en Guinée estime que les nombres exacts de cas dans ces zones ne sont pas précis. « Le virus nous a dit haut et fort cette semaine ‘je ne vais pas disparaître comme vous vous y attendez » explique-t-elle. MSF, qui travaille en étroite collaboration avec le laboratoire japonais insiste quand même sur la nécessité d’un diagnostic préliminaire pour éradiquer l’épidémie. L’antiviral japonais Favipiravir est jusqu’à maintenant le seul traitement qui a donné un résultat positif contre l’Ebola. Il est en forme de comprimer et facile à utiliser. Le groupe japonais se dit prêt à faire face à la demande et indique « disposer de réserves suffisantes pour 20 000 personnes ».
Le test a été effectué sur 80 malades en Guinée. Les premiers résultats semblent positifs, indique l’Institut français pour la santé et la recherche médicale (Inserm) qui gère les essaies cliniques. Jusqu’à maintenant, aucun détail n’a été révélé sur les résultats scientifiques « selon les modalités habituelles de communication scientifique » précise l’Inserm. Les chercheurs et les autorités de Guinée, ainsi que MSF, l’ONG Alima et la Croix-Rouge française collaborent pour mener ces tests à bien. Les tests cliniques ont déjà commencé depuis le 17 décembre 2014. « Les résultats obtenus sont encourageants. Ils montrent une réduction du nombre de décès chez les adultes et adolescents ayant une faible multiplication du virus. La guérison est accélérée” annonce la présidence française au chef d’État français.

Déjà un commentaire sur cet article

  1. Sagittarius dit :

    svp corrigez les fautes horribles : comprimer! Essaies !

Laisser un commentaire