Augmentation des tarifs : ça bouge à la poste

Boite aux lettres de la Poste_photo de LucLa Poste est confrontée comme on peut s’en douter à une baisse continue des volumes de courrier à envoyer. Conséquence immédiate, elle est obligée d’augmenter ses tarifs une nouvelle fois de 3,6 % en moyenne, cette hausse s’effectuera le 01 janvier 2016, et portera le prix du timbre d’une lettre prioritaire à 80 centimes.

Pour faire face à la chute des volumes de courrier, l’Autorité de régulation des communications électroniques et les postes (Arcep) à autorisé depuis juillet 2014 que La Poste augmente ses tarifs de 5,2 % par an pendant 4 ans. La Poste en profite aussi pour réajuster ses prix, le timbre vert qui représente actuellement plus de la moitié du courrier rapide va être proposé maintenant à 10 centimes moins cher que la lettre prioritaire. Les lettres vertes représentent actuellement 130 millions des envois.

Du côté des bonnes nouvelles, La Poste a décidé une baisse pour les Colissimo des particuliers, jusqu’à 2 kg, ils représentent 80 % des volumes de colis envoyés par le grand public. La simplification de l’affranchissement va se poursuivre, ainsi la lettre verte et la lettre rouge, vont passer de 8 tarifs différents selon les tranches de poids, à 5 tarifs différents. La Direction de La Poste, affirme que ces hausses vont permettre de maintenir un très bon niveau, et “assurer la pérennité du service universel”.  Pour indication, un ménage dépense en moyenne 48 euros par an.

Crédit photo : Luc

Déjà 2 commentaires sur cet article

  1. constanza dit :

    Si la poste cherche des débouchés, elle n’a qu’à créer ses propres lignes de bus comme en Suisse et en Allemagne où la poste est un transpo
    rteur historique, en plus c’est à la mode..

  2. DUPIN dit :

    A CETTE ALLURE LA, LA POSTE VA MOURIR EN BONNE SANTE !

    Les résultats financiers du 1er semestre de La Poste apparaissent très positifs et sont en avance sur le budget ainsi que sur le plan stratégique 2020, mais je partage l’avis du PDG “il faut se méfier de tout enthousiasme excessif”.

    En effet, ces résultats sont la conséquence d’une politique sans avenir car ils reposent uniquement sur:
    – La baisse massive des effectifs sur la base d’une moyenne de 10 000 suppressions d’emplois par an. Cette réduction ne pourra pas perdurer longtemps, car comme on peut le dire vulgairement, “aujourd’hui on est à l’os”.
    – L’augmentation historique des tarifs dès la première année des quatre ans données par l’ARCEP, mais cela commence dès à présent à accélérer la baisse du courrier affranchi.
    – L’encaissement du CICE sans aucune contreparties, mais le CICE va se terminer.
    – La vente du patrimoine, mais à force de le réduire cela va rencontrer des limites.

    Bref, comme j’ai pu le dire en Conseil d’Administration, alors que nous aurions besoin d’entrepreneurs avec une vision et des objectifs qui permettent de développer le service public, nous avons à La Poste une équipe de banquiers gestionnaires qui se contentent de se satisfaire de résultats à très courts termes qui engendrent des situations parfois dramatiques et qui laisseront dans peu de temps, une Poste confrontée à des difficultés insurmontables si cette logique libérale perdure.

    Les discours récurrents de réduction des charges à La Poste pour améliorer les marges de l’entreprise mènent ce grand service public droit dans le mur.

    On ne répond pas en effet aux besoins de la population en termes de communication par une recherche systématique d’augmentation du taux de rentabilité des dividendes à verser aux deux actionnaires.

    De par la qualité dégradée du dialogue social et l’absence d’une grande Direction Nationale Recherche Innovation, une grande confusion règne sur la définition de nouvelles activités de La Poste et aucune proposition crédible et audible ne ressort pour l’avenir.

    La Poste a besoin au contraire d’une politique et d’une stratégie ambitieuse pour développer le Service Public, une politique qui soit libérée de l’étau de la finance, avec des budgets qui ne soient pas construits en fonction des critères des agences de notation et qui replace l’Homme au centre de l’Entreprise.

Laisser un commentaire