SNCF : les sénateurs préconisent le gel de la construction de voies à grande vitesse

lgvFace à la faiblesse des ressources publiques, les sénateurs sont montés au créneau jeudi pour dire stop à la construction de nouvelles lignes TGV durant quinze ans via un rapport d’information sur le financement des infrastructures de transport.

“A l’heure où l’argent public est très rare, les grands projets d’infrastructure de transport doivent être sélectionnés avec la plus grande rigueur. Il faut à présent mettre le paquet sur la rénovation et la modernisation du réseau existant à hauteur d’un à deux milliards d’euros supplémentaires chaque année. Ne pas le faire serait une erreur.”

Telle est la principale conclusion de la commission des Finances du Sénat. Cette dernière ajoute dans la foulée que “les projets dont la rentabilité socio-économique est douteuse, dont les coûts sont déraisonnables et dont le plan de financement est toujours inconnu après l’obtention de la déclaration d’utilité publique ne doivent pas prospérer.”

Si plusieurs dossiers épineux sont dans la ligne de mire des parlementaires, à savoir Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Dax, Poitiers-Limoges et Montpellier-Perpignan, le tronçon Lyon-Turin n’est lui pas concerné par cette rigidité budgétaire, et cela “au nom du respect de nos engagements internationaux”, précise-t-elle.

La SNCF, en proie à une dette cumulée de 50 milliards d’euros, devrait donc ne pas voir d’un mauvais oeil cette recommandation. Quant au budget 2017 alloué aux transports, 2,2 Mds€, il n’est pas encore bouclé renchérit le rapport, qui préconise la mise en place d’une nouvelle écotaxe destinée à combler les 600 M€ manquants actuellement.

Celle-ci pourrait dès lors prendre “la forme d’une redevance kilométrique, d’une vignette ou encore d’une hausse modérée du prix du billet du transport ferroviaire de proximité, notamment en Ile-de-France”, révèle Le Parisien.

Mathieu Portogallo

Sources : Le Parisien et La Dépêche

Laisser un commentaire