Côte d’Ivoire : Paradis du Cacao sous Alassane Ouattara

1000F CFA, c’est le prix bord-champ du kilogramme de cacao pour la campagne 2020. Ainsi en a décidé le Gouvernement. Et l’annonce a été faite ce jeudi 1er Octobre à Yamoussoukro par le président Alassane Ouattara, à l’ouverture des travaux de la 7ème édition des Journées Nationales du Café et du Cacao (JNCC).

Plus que le prix bord-champ de 1000F CFA, qu’il faut le reconnaître est nettement en hausse comparé à celui de la campagne précédente qui était de 825 FCFA, c’est l’impact des réformes mises en place dans la filière sur les populations depuis bientôt une dizaine d’années qui impressionne.

Mamelle nourricière de l’économie ivoirienne, le secteur du Cacao contribue depuis 2012 pour 10 à 14% au PIB et pour 40% aux recettes d’exportation. C’est un peu plus de 800.000 familles agricoles engagées dans la production du café et du cacao qui bénéficient annuellement d’un revenu global estimé à plus de 1500 milliards de F CFA. “L’amélioration des conditions de vie des producteurs a toujours été au centre des préoccupations du gouvernement et à garantir des revenus décents aux producteurs”, cette assertion du président ivoirien, loin d’être un slogan de propagande se démontre sur le terrain.

S’inspirant des recommandations de la Banque mondiale dans son rapport de 2018, le gouvernement ivoirien s’est doté d’un système fiable de prévision de la production et de suivi des modes et de localisation de cette production. L’accent a été également mis sur la nécessité de capter une plus grande part de la valeur ajoutée engendrée dans la filière cacao mondiale en améliorant la productivité des plantations dans le respect de l’environnement, en adoptant des technologies respectueuses de l’environnement ; misant sur la qualité des fèves et la production de produits de niche beaucoup plus rémunérateurs ; encourageant la promotion de commercialisation du cacao en Côte d’Ivoire, par la rationalisation des circuits de distribution et la mise en place de systèmes crédibles de certification et de traçabilité ; Enfin des efforts ont été consentis au niveau de la politique fiscale sur les ventes de cacao ; de même que la transformation industrielle.

Sur ce dernier point, il y’a juste quelques jours le président Alassane a procédé à la pose de la première pierre d’un complexe industriel composé de deux usines de transformation de fèves de cacao de 50.000 tonnes de capacité chacune, de deux entrepôts de stockages d’une capacité totale 300.000 tonnes et d’un centre de formation aux métiers du Cacao.  Ce projet fort ambitieux dont le coût global est estimé à 216 milliards de F CFA, bénéficie du financement conjoint Côte d’Ivoire – Chine. Parti de l’Amérique centrale, le Cacao a trouvé en Côte d’Ivoire une terre prospère et un peuple travailleur. 1er producteur mondial de Cacao, la Côte d’Ivoire n’envisage aucunement céder cette place. C’est en cela que se trouve l’espérance de son peuple et de ses dirigeants, avec à leur tête le président de la République Alassane Ouattara, de faire de la Côte d’Ivoire le Paradis du Cacao.

Laisser un commentaire