Comment Total et BP mènent la charge de l’énergie verte

Les compagnies pétrolières devraient-elles investir dans les technologies solaires, éoliennes, les batteries et les réseaux de stations de recharge pour véhicules électriques ?

Peut-être, dans la perspective plus large d’une entreprise énergétique. Et surtout si le consommateur adopte les VE plus rapidement que prévu, ce qui écraserait la demande en carburants de transport.

La question est de savoir s’ils vont concentrer leurs efforts sur le produit ou sur le client. Si le client demande différents types d’énergie, il devrait être logique de la lui fournir, pour autant que cela soit rentable.

Cela aurait des implications plus larges pour l’offre et la demande de produits pétrochimiques. Si davantage de compagnies pétrolières donnent la priorité aux projets d’énergie verte, les considérant comme les futurs moteurs de la croissance, il se peut que l’on mette moins l’accent sur le renforcement des capacités en matière de produits pétrochimiques et de polymères.

Et avec une demande moindre en carburant de transport, la capacité de raffinage pourrait être réduite, ce qui diminuerait l’offre de naphta ainsi que celle des aromatiques et du propylène comme coproduits.

Certaines raffineries traditionnelles sont déjà en train d’être converties en bioraffineries en Europe ainsi qu’aux États-Unis. Dans ces cas, il ne s’agit pas seulement d’échanger des matières premières. Il s’agit plutôt de réduire sensiblement la production globale de carburants.

La société française Total et la société britannique BP sont parmi les leaders d’une transition massive vers les énergies renouvelables, en construisant de toutes nouvelles entreprises de production d’électricité, de stockage d’énergie et de stations de charge.

Toutes deux se sont engagées à atteindre le “zéro net” d’ici 2050. Pour les géants pétroliers traditionnels, il s’agit d’un tournant radical.

Le solaire à l’honneur

L’Agence internationale de l’énergie considère que l’énergie solaire est l’avenir de l’électricité alors que les gouvernements et les investisseurs se concentrent sur les énergies propres.

“Je vois le solaire devenir le nouveau roi des marchés de l’électricité dans le monde. Sur la base des paramètres politiques actuels, il est en passe d’établir de nouveaux records de déploiement chaque année après 2022”, a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, dans le rapport World Energy Outlook 2020 du groupe publié en octobre.

“Si les gouvernements et les investisseurs intensifient leurs efforts en matière d’énergie propre conformément à notre scénario de développement durable, la croissance des énergies solaire et éolienne serait encore plus spectaculaire – et extrêmement encourageante pour relever le défi climatique mondial”, a-t-il ajouté.

Total prévoit que la capacité mondiale d’énergie solaire et éolienne augmentera de 10 % par an jusqu’en 2030, le solaire captant environ 70 % des ajouts, comme il l’a souligné lors de sa journée des investisseurs le 30 septembre.

La société dispose d’une capacité de production d’énergie solaire et éolienne de 7GW, et vise à la quintupler pour atteindre 35GW d’ici 2025 avec des projets solaires majeurs en Europe, au Moyen-Orient et en Inde, et des projets de parcs éoliens offshore au Royaume-Uni et en Corée du Sud.

La poussée des énergies renouvelables n’est pas seulement un phénomène européen, il est de plus en plus mondial.

Laisser un commentaire