Vers des médicaments labéllisés « made in Europe » ?

Labelliser les médicaments « made in Europe » pour protéger la production pharmaceutique. Telle est l’idée d’une partie des fabricants et sous-traitants de l’industrie pharmaceutique.

Un concept qui pourrait marcher pour un produit touchant directement à la santé, le médicament. S’ils étaient mieux informés, les Français préféreraient peut-être acheter des médicaments européens, en lesquels ils auraient plus confiance que ceux issus de la production chinoise et indienne (80% de la fabrication des principes actifs).

Ce label de traçabilité se matérialiserait par un barème de lettre : une lettre correspondant à la zone géographique de production du principe actif, une autre pour indiquer la zone de production du médicament et une troisième sur sa zone de conditionnement. Ce qui n’empêcherait pas d’acheter un médicament « à l’aveuglette », puisque ce barème figurerait sur la notice du médicament et non sur l’emballage.

Actuellement il est impossible de savoir d’où un médicament provient. La loi impose seulement de mentionner l’endroit où le médicament a été validé : en clair là où son contrôle final est réalisé.

200 sites de productions en France

L’enjeu principal de ce label est de protéger la production hexagonale de médicaments, répartie sur quelques 200 sites de production, et ayant généré 51 milliards d’euros en 2010. La fédération de l’industrie pharmaceutique, par l’intermédiaire de son président Christian Lajoux, ne s’en cache pas : « il faut protéger l’existence de ces sites qui assurent à la fois la qualité et la sécurité du médicament ».

La poursuite du projet devrait être décidée fin janvier, à l’occasion du conseil stratégique des industries de santé qui réunira pouvoirs publics et laboratoires.

Reste à savoir comment les grandes multinationales percevront cette initiative. Une partie majeure de leur production se faisant en Amérique du Sud, elles n’ont clairement pas autant intérêt que les groupes hexagonaux à défendre cette idée de médicaments labélisés « made in Europe ».

Déjà un commentaire sur cet article

  1. Arash dit :

    Notre fe9de9ration travaille en e9troite caltoboralion avec la CGI (Confe9de9ration Frane7aise du Commerce Interentreprises) pour promouvoir nos me9tiers notamment avec le site mybtob.fr mais nous avons e9galement cre9e9 il y a plus de 10 ans une association de promotion des me9tiers de notre filie8re : Peintres et Peintures Pour la France.Face e0 la pe9nurie de personnels qualifie9s dans notre secteur, il e9tait primordial pour nous de valoriser ces me9tiers souvent mal pere7us du grand public. En 2002, l’association a donc lance9 une grande ope9ration de communication d’envergure nationale ab Le Tour de France des Me9tiers de la Peinture bb pour sensibiliser les colle9giens e0 l’ensemble de nos me9tiers et de leurs perspectives.Apre8s 8 anne9es de tourne9e, nous avons fait le constat d’un manque e9vident d’informations des jeunes qui doivent faire le choix de leur orientation tre8s tf4t. Nos actions de promotion des me9tiers sont donc essentielles pour assurer la pe9rennite9 de nos entreprises. Mais nous avons e9galement fait un autre constat qui de9passe nos moyens et nos compe9tences : Si nous avons rencontre9 beaucoup de jeunes passionne9s et passionnants, un travail de fond devrait eatre cependant mene9 pour rappeler e0 certains l’importance de valeurs fondamentales comme celle du travail, de l’effort ou du respect. Sans cela nous arriverons toujours e0 avoir des jeunes diplf4me9s mais seront-il vraiment qualifie9s dans tous les sens du terme ?

Laisser un commentaire