Jeux en ligne : les paris sportifs en chute libre

L’euphorie  des paris sportifs semblent être retombé si l’on en croit les chiffes tirés de la dernière l’étude trimestrielle de l’autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel).

Bon nombre de joueurs semblent avoir arrêté de miser sur le sport. Il faut dire que les investissements publicitaires du secteur ont été divisés par deux en un an.

Sur l’année 2011, 10,4 milliards d’euros ont été misés sur l’ensemble des secteurs du jeu en ligne. Le poker représente 8,8 milliards de mises, les courses hippiques environ 1 milliard, et  il y a eu 592 millions d’euros de mises pour les paris sportifs.

Les paris sportifs sont d’ailleurs en chute libre, avec des mises en baisse de 23 % par rapport à l’année précédente. Explications avancée : la baisse des dépenses marketing. En effet, les investissements publicitaires dans les médias ont chuté de 56 %. La raison : moins de publicité pour les paris sportifs à la télévision, ce qui n’est pas plus mal !

Autre élément de réponse, les gains sont moins attractifs, puisque les taux de retour tendent à diminuer (le taux de retour est la proportion maximale des sommes reversés aux joueurs dans le cadre des paris en ligne).

Concernant les autres secteurs des paris en lignes, les paris sur les courses hippiques sont en hausse de 12%. Le bilan 2011 contrasté pour le poker en ligne. Alors que les gains liés aux droits d’entrée dans les tournois en ligne se sont accrus de 24%, ceux liés au poker cash-game recule de 3%.

S’ils ont réduit leurs dépenses publicitaires dans les médias classiques, les opérateurs de paris en ligne ont en revanche augmenté leurs dépenses marketing sur le web. Les joueurs en ligne sont toujours plus nombreux, et 12% d’entre eux mise sur leur Smartphone.

Déjà un commentaire sur cet article

  1. ParionsWeb dit :

    C’est un marché en berne auquel doivent faire façe les opérateurs de paris sportifs.

    Les parieurs perdent rapidement leur pécule et font de longues pauses avant de déposer de nouveau.
    La crise et le taux de retour aux joueurs ne sont pas étrangérs à ce comportement prudent des joueurss.

Laisser un commentaire