Le boom de la chanson française à l’étranger

Le répertoire géré par la Sacem, la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique, est le premier répertoire non anglo-saxon à l’export et se situe au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

En 2011, les perceptions de droits d’auteurs de la Sacem à l’étranger ont représenté 80 millions d’euros, soit une hausse de 8 % par rapport à 2010. Selon la Secem, “le succès à l’export d’œuvres devenues des classiques internationaux de la chanson comme La vie en rose, La mer, Comme d’habitude, et des répertoires de la musique classique et contemporaine (Maurice Ravel, Olivier Messiaen, Francis Poulenc…), ne se dément pas”.

L’Europe, avec plus de 60 millions d’euros de droits collectés, reste le principal territoire d’export du répertoire de la Sacem, suivi par l’Amérique du Nord (8,1 millions d’euros) et l’Asie-Pacifique (7,8 millions d’euros).

De plus, “on assiste […] à un renouvellement du répertoire apporté aussi bien par la vitalité des représentants français des musiques électroniques (David Guetta, Justice, M83…), que par le succès de la ‘jeune scène’ nationale (Zaz, Selah Sue, Stromae…) ou de nos compositeurs de musiques de film dont la renommée est internationale (Alexandre Desplat, Bruno Coulais, Ludovic Bource…)”.

Même si Internet ne représente que 2,2 % des perceptions globales, les perceptions de droits pour le secteur internet/multimédias s’établissent à 18,3 millions d’euros, soit une croissance de 178 % par rapport à 2010.

Laisser un commentaire