La révolution de la téléphonie et du mobile-banking en Afrique

S’il y a bien un secteur dynamique en Afrique, c’est celui de la télécommunication. Actuellement, un Africain sur deux est équipé d’un téléphone portable, soit 500 millions de téléphones mobiles sur le continent. En Afrique, le portable sert non seulement à téléphoner mais également à bénéficier de services bancaires. C’est le « mobile-banking », une véritable révolution pour le continent le plus « sous-bancarisé » du monde. Améliorer le niveau de vie avec le téléphone ? C’est possible.

L’essor du téléphone portable en Afrique a été rapide. En 1998, il y avait un peu moins de 4 millions de mobiles. Entre 2002 et 2007, le nombre d’abonnement a augmenté de 49 % par an. D’un produit de luxe, le téléphone portable est rapidement devenu un objet de première nécessité. Jean-Yves Ollivier, homme d’affaires en Afrique depuis plus de quarante ans, affirme : « le portable a supplanté des urgences qu’on croirait plus vitales que le besoin de téléphone […] Le rendement d’un dollar investi dans la communication est supérieur à celui d’un dollar investi dans la santé ou dans l’éducation ».

En effet, le téléphone portable permet d’apporter des services bancaires, administratifs, médicaux, scolaires, entrepreneuriales… aux Africains, dont 60 % vivent dans des zones rurales. Pour un agriculteur éloigné de la ville, se déplacer à sa banque est une perte de temps et de travail. Grâce aux services de SMS, il peut gérer son compte bancaire à distance. C’est ce qu’on appelle le “mobile-banking”, très développé en Afrique et en Asie.

Ce marché est estimé à 22 milliards de dollars à l’horizon 2015 en Afrique. Son succès est symbolisé par la société kényane M-Pesa, créée en 2007 et qui compte aujourd’hui près de 20 millions d’abonnés au Kenya et s’est même exportée en Tanzanie, en Afrique du Sud, en Inde et en Afghanistan. M-Pesa est un service de banque en ligne conçu pour permettre aux utilisateurs d’effectuer des transactions bancaires de base sans avoir besoin de visiter une succursale bancaire. Aujourd’hui ce service de transfert d’argent basé sur le SMS en Afrique est l’un des plus populaires au monde.

Pour le responsable de Google en Afrique de l’Est, Joe Mucheru, la carte de crédit est aujourd’hui un service « préhistorique ». Partout en Afrique, le paiement par mobile révolutionne les pratiques. Une image dynamique de l’Afrique que l’on ne met pas suffisamment en avant.

Laisser un commentaire