Quelles entreprises créent encore des emplois en France?

Malgré la morosité économique ambiante, il existe encore des entreprises qui créent plus d’emplois qu’elles n’en détruisent en France. Les sceptiques qui refuseraient de le croire pourront consulter les résultats d’une enquête réalisée par le Monde selon laquelle les champions de la création d’emplois en France sont EDF, McDonald’s et Airbus.

L’électricien fait fort, avec 6.000 embauches en 2012 (dont 2.000 créations d’emplois nettes), et tout autant prévues en 2013. Ces embauches sont en partie destinées à combler les départs à la retraite (30%), mais d’autres sont aussi nécessaires pour réaliser de nouveaux projets. Signalons que la filière nucléaire constitue le tiers des embauches.

EDF qui met l’accent sur parité, recrute 30% de femmes pour les nouveaux postes de cadres (soit la proportion des femmes dans les écoles d’ingénieurs).

De son côté Airbus a créé 1.300 emplois nets en France en 2002 (4.000 recrutements dans le monde dont 2.000 en France). L’avionneur a recruté près de 9.000 personnes en Europe au cours des deux dernières années, selon son PDG Fabrice Brégrier.

Bénéficiant de la forte croissance du secteur aérien, Airbus peine même à trouver tous les profils qu’il recherche sur le vieux continent : 3.000 offres n’ont pas été pourvues en 2012 par manque de candidats qualifiés.

McDonald’s est un cas à part selon l’enquête du Monde. Même s’il a créé 3.000 emplois nets en France en 2012, le géant de la restauration rapide propose des contrats d’une moyenne de 20 heures par semaine. Rapporté à un temps plein (35 heures), la création d’emplois nets n’est donc « que » de 1.714 emplois.

De plus, en raison d’un turn-over très important, la création d’emplois nets reste relativement modeste en comparaison du nombre total de nouveaux postes: McDo a embauché 43.000 personnes pour la seule année 2012.

Malgré les chiffres impressionnants avancés par ces trois groupes,  les sceptiques auront raison de le rester. D’après l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), seuls quatre secteurs industriels ont créé des emplois au troisième trimestre 2012 : l’industrie pharmaceutique, la cokéfaction/raffinage, la distribution de l’énergie et la distribution de l’eau.

50.400 emplois nets ont été détruits au troisième trimestre 2012, plus mauvais résultat depuis le quatrième trimestre 2009.

Les choses devraient même s’empirer, selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). « Le nombre de destructions nettes d’emplois devrait passer de 140.000, en 2012, à 160.000 en 2013 ».

Laisser un commentaire