Orange, Free et Bouygues : un marché en recul

operateursEntre pertes d’abonnés et baisses des chiffres d’affaires, le marché des opérateurs français entame ce début d’hiver loin de la croissance. Comme pour détourner l’attention des consommateurs, Orange, Free et Bouygues semblent préférer pour le moment s’attaquer par 4G interposées plutôt que de se concentrer sur leurs vrais problèmes : leurs difficultés à remonter la pente après une année difficile pour chacun d’entre eux. 

La 4G, catalyseur de tensions 

L’univers des opérateurs est marqué en ce début d’hiver par le lancement-surprise de la 4G de Free, à un prix défiant la concurrence. Une annonce qui a pris de court les trois autres opérateurs français, Orange, SFR et Bouygues. Ce dernier a répliqué cette semaine en proposant lui aussi à partir de ce mois la 4G à ses abonnés.  Orange et SFR ne devraient pas tarder à en faire de même. C’est une véritable course contre la montre qui commence entre les 4 opérateurs. Un concours de celui qui arrivera à séduire le plus d’abonnés avec sa 4G.

L’Internet haut débit nouvelle génération est en effet devenu en l’espace de quelques mois le catalyseur de toutes les tensions des opérateurs, alors même que, selon un sondage d’universfreebox.com39,3 % des Français ne souhaitent pas s’abonner à une offre 4G. Un désintérêt des consommateurs qui préoccupe peu les opérateurs et il serait difficile de les blâmer. Chiffre d’affaires en baisse, chute en bourse, qualité de réseaux qui laisse à désirer… Une bonne nouvelle ne serait pas de trop pour ces opérateurs aux résultats actuellement plus que mitigés.  

Free : chute en bourse et couverture parcellaire 

Le 5 décembre dernier, la nouvelle tombe pour Free. Malgré son lancement-surprise de la 4G low cost, le groupe de Xavier Niel, propriétaire de Free, chute en bourse. Iliad fait un plongeon de 3,8 % à 166 euros. Une surprise qui s’explique finalement assez facilement. Alors que le lancement de sa 4G lui prédisait un bel avenir en bourse, Free a été rattrapé par l’insuffisance de sa couverture. Avec seulement 700 antennes, contre 1013 pour SFR, 5392 pour Bouygues et 3879 pour Orange, Free est accusé d’offrir à ses abonnés une 4G qui, dans les faits, est presque inexistante.

Malheureusement pour l’opérateur, les consommateurs ne sont pas dupes bien longtemps. Selon un sondage de ZDnet.fr, plus de 60 % des Français ne comptent pas aller chez Free pour sa 4G. Si jusque-là, Free séduisait un peu plus d’abonnés chaque jour, sa conquête de l’hexagone semble sur le déclin. L’opérateur a en effet enregistré cette année « un nombre de conquêtes d’abonnés le plus faible depuis (son) lancement », précise Reuters le mois dernier. Il n’y a pas de quoi se réjouir non plus du côté des autres opérateurs malheureusement. 

Orange et Bouygues : des résultats en baisse

Le groupe Orange a récemment publié ses résultats, signe de repli pour l’opérateur. L’opérateur historique, dont les ventes se sont contractées sur tous les marchés (mis à part l’Espagne), a en effet enregistré un recul de 5,5 % de son chiffre d’affaires global cet été. Rien qu’en France, Orange a perdu 5,7 % de son chiffre d’affaires habituel. Une nouvelle peu surprenante au vu des difficultés de l’opérateur à s’installer confortablement sur le marché de l’Internet haut débit et de la fibre. Selon ses propres dires, sa « position sur le marché du très haut débit est significativement plus faible que celle de Numericable », ceci en raison du réseau coaxial de ce dernier « qui le dispense de déployer un nouveau réseau, ce qui présente de nombreux avantages techniques et financiers », précise Orange dans un document destiné à l’Arcep.

Bouygues Telecom devrait lui aussi passer un hiver difficile. Avec une baisse de 13 % de son chiffre d’affaires par rapport à 2012 et une perte de 150 000 clients prépayés et 42 000 abonnés forfaits, le bilan de cette année pour Bouygues s’annonce des plus déprimants. De mauvaises nouvelles en mauvaises nouvelles, aucun opérateur ne semble se démarquer des autres en cette fin d’année, mis à part peut-être SFR.

Sur les 9 premiers mois de cette année, la filiale de Vivendi a en effet annoncé une croissance nette de son parc mobile de 1 169 000 abonnés. Rien qu’au troisième trimestre de cette année, SFR peut se vanter d’avoir recruté 45 000 clients supplémentaires sur ses offres en haut débit et fixe. Une croissance inhabituelle aujourd’hui qui mérite d’être remarquée. Et quand la croissance surprend dans un secteur, ce n’est pas forcément bon signe pour ce dernier.

Corinne

 

Laisser un commentaire