Étude : le digital bientôt incontournable pour les courses alimentaires ?

visa e commerce 500À l’heure où les objets connectés comme les tablettes viennent moderniser notre rapport au digital, force est de constater que ces petits engins ne bouleversent pas que le secteur du digital. En effet, les possesseurs de smartphones ou de tablettes utilisent de plus en plus les outils à leur disposition pour d’informer avant de faire leurs listes de courses alimentaires.

Cette infographie (ci-dessous) tirée de bonial.fr traduit de façon claire les résultats d’une étude réalisée par l’IFOP en décembre 2013 sur un échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Elle met en relief l’influence du digital dans la préparation des courses alimentaires et surtout, les modalités de cette influence.

Les habitudes changent …

Cette étude souligne plusieurs dynamiques de fond. La première tient à l’importance du phénomène, qui est indéniable quand voit que 69% des personnes possédant un smartphone ou une tablette recourent à une source digitale pour leurs courses alimentaires. Dans le même sens, 30% des personnes utilisent Internet avant de préparer leurs courses. Une tendance qui s’inscrit dans le cadre d’une évolution des habitudes de consommation marquée par une prise de conscience généralisée penchant vers le « consommer mieux ».

De plus, les générations plus jeunes (moins de 35 ans) ont plus tendance à recourir à Internet pour leurs courses, ce qui traduit la conjugaison de deux phénomènes : les jeunes ont plus d’appétence pour « consommer mieux » et utilise le net de façon plus intuitive et systématique que les générations précédentes. En ce sens, les femmes utilisent plus le digital que les hommes pour préparer leurs courses et les CSP + (catégories socio-professionnelles supérieures) aussi y ont plus recours que les CSP plus basses. Toujours est-il que l’étude confirme que les tendances du « consommer mieux » et du recours systématique à Internet sont de plus en plus ancrées dans les mœurs.

… l’offre s’adapte

Un mouvement de fond qui fait petit à petit passer la grande distribution à l’âge d’Internet. Seulement le web n’est plus uniquement vu comme une plateforme de e-commerce, mais bien comme l’un des outils de communication marketing les plus cruciaux. Dès lors, l’enjeu pour les groupes de grandes distributions est d’offrir aux consommateurs la plus grande transparence quant à leurs produits et un accès à « l’information-produit » simplifié (application, système de suggestion d’achat intelligent). Ainsi, l’offre doit s’adapter le mieux possible aux nouveaux critères de consommation (volonté de connaître l’origine du produit, ect).

De même, il est de plus en plus important pour ces groupes de protéger leur e-réputation car, si cette dernière s’avère mauvaise, elle pourrait dissuader les clients de venir dans leurs magasins. À titre d’exemple, le site quiestlemoinscher.com développé par Leclerc a été pionnier quant à la communication sur Internet en proposant un comparateur de prix par département et par magasin avec la concurrence. Un pied de nez à de nombreux groupes de distribution qui doivent eux aussi faire preuve d’imagination pour attirer les clients se renseignant en ligne avant d’aller faire leurs courses alimentaires. Une seule chose est sûre : la guerre des chaînes de distribution sur Internet ne fait que commencer.

Digital Conso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédits photo : Fosforix

Thomas Perard

Déjà un commentaire sur cet article

  1. Clémence dit :

    Article très intéressant ! La tendance à l’ “alimentation connectée” sera sans aucun doute incontournable très prochainement. D’ailleurs, pour les initiatives du domaine (gestion des courses, aide à la décision, suivi nutritionnel, etc.), nous avons récemment été lancé qui vise à accompagner les start-ups : le concours E-Food (http://www.vitagora.com/concours).

    J’aime beaucoup l’infographie utilisée pour représenter l’impact du digital dans les achats alimentaires : serait-il possible de l’utiliser (bien entendu, en mentionnant les crédits) ?

    Merci ! 🙂

Laisser un commentaire