Christine Lagarde encourage Abdel Fattah al-Sissi à l’EEDC

EEDC2A l’occasion de l’Egypt Economic Development Conference (EEDC) organisé par Richard Attias & Associates, la directrice du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde a adressé ses félicitations au nouveau président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi. Le rassemblement qui s’est déroulé du 13 au 15 mars 2015 en présence de 22 chefs d’Etat, a été l’occasion de faire de nouvelles annonces concernant la stratégie économique. Ainsi, d’importants investissements dans le secteur énergétique ont été officialisés, tandis qu’une nouvelle capitale devrait sortir de terre entre Le Caire et Suez….

Arrivé au pouvoir en 2014, Abdel Fattah al-Sissi a lancé un programme de réforme salué par la directrice du FMI, Christine Lagarde, lors de l’Egypt Economic Development Conference (EEDC) : « Nous ne nous attendions pas du tout à ce que cela soit fait en un an ». Depuis son élection, il a effectivement entamé le redressement des comptes publics et diversifié ses partenariats, avec entre autres la Russie (nucléaire civil) et la France (militaire).

La manifestation organisée au Palais des congrès de Charm El-Cheikh devait aussi répondre à la promesse de campagne de l’ancien chef militaire, à savoir « restaurer la grandeur et la puissance de l’Égypte ». Au total, des contrats d’une valeur de 36,2 milliards de dollars ont été signés en plus des 18,2 milliards de dollars consacrés aux investissements « clés en main ». Enfin, des prêts de 5,2 milliards de dollars ont été octroyés par les institutions internationales alors que le ministre des investissements, Achraf Salman évoque quant à lui des protocoles d’entente chiffrés à 92 milliards de dollars.

Ces annonces font par ailleurs suite à un rapport publié par le FMI le 11 février 2015. Pour le ministre de la planification, Achraf Al-Araby, le « ton positif » du document démontre que le gouvernement « est engagé à améliorer le bien-être des Egyptiens » et devait permettre « d’attirer plus d’investissements étrangers ». Une anticipation qui s’est vérifiée lors de l’EEDC alors que les « déficits d’infrastructure » continuent de nuire à la prospérité de l’Egypte, notamment dans le secteur énergétique.

Il est vrai qu’aujourd’hui la ville du Caire comptabilise près de 18 millions d’habitant et ce chiffre pourrait même doubler à l’horizon 2050. C’est pourquoi, afin de répondre aux besoins énergétiques et de limiter les problèmes liés la surpopulation, l’Egypt Economic Development Conference a été l’occasion de lancer de nouveaux chantiers. En plus des investissements des énergéticiens tels que General Electric ou British Petroleum, le président Abdel Fattah al-Sissi a confirmé son intention de créer deux nouvelles villes vertes, dont l’une qui pourrait devenir la nouvelle capitale administrative…

Laisser un commentaire