L’Opep échoue à trouver un accord pour geler la production de pétrole

cc/public domain

cc/public domain

La réunion de l’Opep qui s’est tenue le 17 avril 2016 à Doha, la capitale du Qatar, devait être l’occasion pour les pays membres du cartel de trouver un accord pour geler la production de pétrole. Un tel gel aurait permis au prix du brut, qui a perdu plus de 60 % de sa valeur depuis juillet 2014, de remonter. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

L’accord entre les pays de l’Opep était très attendu autant par les pays eux-mêmes qui commencent à souffrir sérieusement de la chute du cours du pétrole que par les analystes et les pétroliers. La Russie avait même annoncé qu’un accord a minima sans l’Iran aurait été trouvé.

L’Arabie Saoudite, initialement d’accord concernant l’accord a minima, a finalement changé d’avis et a déclaré que sans l’Iran il n’y aurait pas de gel de la production. L’Iran, de son côté, a boycotté la réunion ne s’y présentant pas, excluant de fait toute possibilité de gel de la production. L’Iran et l’Arabie Saoudite connaissent de grosses tensions depuis le début de l’année 2016 entre l’exécution d’un leader chiite saoudien et la levée de l’embargo qui pesait sur l’Iran.

Sur les marchés, le pétrole a comme prévu chuté : il a clos la séance du 18 avril 2016 à -7 % sur les marchés asiatiques et reculait de près de 3 % sur les marchés européens. Le WTI est même retombé sous la barre des 30 dollars le baril.

Les experts estiment que l’absence d’un accord pourrait refaire chuter le baril sous les 30 dollars à court terme… à moins qu’un accord a minima ne soit finalement trouvé. Mais aucun calendrier n’a été avancé.

Laisser un commentaire