Les bars, restaurants et cinémas pourraient ne pas rouvrir en janvier, selon Bruno Le Maire

Le secteur de la restauration en France attend le 20 janvier pour pouvoir enfin rouvrir ses portes. Mais le ministre de l’Économie a déclaré lundi que rien n’était sûr et qu’une telle décision dépendait de la situation sanitaire.

“Je ne peux pas vous dire avec certitude que nous rouvrirons les bars et les restaurants le 20 janvier, ce serait malhonnête de ma part”, a déclaré Bruno Le Maire à France Info lundi, la veille de la sortie du deuxième dispositif national de fermeture de la France cette année.

Le gouvernement a décidé de lever le confinement le 15 décembre et de le remplacer par un couvre-feu nocturne, bien qu’il n’ait pas atteint l’objectif de réduire le nombre de cas de Covid-19 en dessous de 5 000 par jour.

Les bars et restaurants doivent rester fermés au moins jusqu’au 20 janvier et la date de réouverture du secteur culturel a été repoussée du 15 décembre au 7 janvier au moins.

Mais le gouvernement a souligné que la réouverture des secteurs restants dépendra de la situation sanitaire.

Depuis le début de la deuxième période de fermeture en France, le 30 octobre, le nombre de cas a chuté rapidement, passant d’un maximum de 50 000 par jour.

Fin novembre, le gouvernement a fixé un objectif de 5 000 cas par jour pour lever le verrouillage, et a également déclaré que le nombre de cas devrait rester inférieur à 5 000 pour que les bars et les restaurants puissent rouvrir en janvier.

Mais récemment, la baisse du nombre de cas suite à la fermeture a stagné. Depuis le 9 décembre, la France a enregistré entre 13 000 et 14 000 nouveaux cas de Covid-19 chaque jour, soit près de trois fois l’objectif fixé de 5 000.

“Le virus continue de circuler et malheureusement, il circule assez rapidement”, a déclaré Éric Caumes, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

La crainte est que l’augmentation de la socialisation et des déplacements pendant les vacances de Noël pourrait doubler, voire tripler le nombre de cas quotidiens, ce qui pourrait à nouveau entraîner une augmentation du nombre d’hôpitaux dans les semaines à venir.

Nous craignons tous une nouvelle accélération pendant les vacances. Je pense que nous sommes unanimes sur ce point”, a déclaré M. Caumes à BFMTV.

Laisser un commentaire