Le fiasco d’AstraZeneca compromet la stratégie de l’UE pour lutter contre la crise sanitaire et économique liée au coronavirus

Bruxelles espérait distribuer 160 millions de vaccins Covid-19, tous fabricants confondus, au cours du premier trimestre, mais à ce jour, elle n’en a distribué que 70 millions, contre 154 millions aux États-Unis.

Les retards répétés dans la distribution du vaccin Covid-19 mis au point par Oxford-AstraZeneca, associés à la récente inquiétude concernant ses effets secondaires, ont des ramifications dangereuses pour l’Europe qui vont au-delà d’un rendez-vous retardé pour une injection de vaccin.

Le fiasco d’un vaccin qui était censé alimenter l’essentiel de la campagne d’inoculation du continent pourrait nuire à la stratégie de l’UE visant à surmonter la crise sanitaire et économique liée au coronavirus sur le continent. Cette stratégie repose sur une campagne rapide de vaccination de masse afin de rétablir une mobilité quasi-normale d’ici juin et de redonner vie au secteur des services en difficulté.

Mais les gouvernements commencent à s’inquiéter après avoir initialement fait espérer aux gens un retour rapide à la normale une fois la vaccination lancée, pour se heurter à une réalité qui s’avère plus difficile à renverser que prévu.

Un mois décisif

À la suite des problèmes liés au déploiement du vaccin au cours du premier trimestre de l’année, combinés à de nouveaux pics d’infection sur le continent, tous les objectifs sanitaires et économiques de la Commission européenne sont désormais remis en question.

“Ça va être du gâteau pour la Commission européenne pendant les quatre semaines d’avril”, prévient Nicolás González Casares, député européen du groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, qui siège également à la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement, chargée de suivre la stratégie de vaccination.

“Si la vitesse de distribution des doses ne s’accélère pas au début du deuxième trimestre, la Commission européenne sera confrontée à une situation politique explosive, avec une vague croissante d’infections, une population de plus en plus lasse des restrictions et des gouvernements qui accuseront Bruxelles d’être responsable du gâchis”, prédit-il.

La commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, admet être déçue par le laboratoire anglo-suédois. “Avec AstraZeneca, il y a eu des problèmes constants”, a-t-elle déclaré mercredi lors d’une rencontre avec les médias. “Avec Pfizer-BioNTech, au contraire, nous avons eu des problèmes au début, mais ensuite, ils ont réussi à augmenter leur capacité de production et ils ont été beaucoup plus fiables.”

Laisser un commentaire