Les usines allemandes connaissent une croissance record alors que l’économie française se stabilise

L’industrie manufacturière allemande a connu une croissance record en mars, menant une relance économique en Europe qui a vu l’activité française se stabiliser.

Les indices des directeurs d’achat des deux plus grandes économies de la zone euro ont dépassé les estimations des économistes, car les commandes ont fortement augmenté et la confiance dans le fait que les restrictions liées à la pandémie finiront par s’estomper a stimulé l’embauche. En Allemagne, les résultats de l’enquête “laissent entrevoir la perspective d’une performance économique meilleure que prévu au premier trimestre”, a déclaré Phil Smith, économiste chez IHS Markit.

L’optimisme du secteur privé contraste avec l’évaluation de l’économie par la Bundesbank. L’institution prévoit une forte contraction au cours des trois mois jusqu’en mars, se montrant particulièrement préoccupée par les services qui ont lutté contre les restrictions.

Le rapport d’IHS Markit a montré que le secteur allemand des services a connu une “mini reprise”, enregistrant sa première croissance en six mois, après que le gouvernement a levé certaines règles de verrouillage. Après que la recrudescence des infections a contraint l’administration de la chancelière Angela Merkel à étendre les restrictions au lieu de les assouplir davantage, les risques à court terme ont augmenté.

“Les entreprises restent très optimistes quant aux perspectives pour l’année à venir, beaucoup fondant leurs espoirs sur les progrès réalisés dans le déploiement des vaccins”, a déclaré M. Smith à propos des dernières tendances en Allemagne. “Toutefois, avec l’entrée en vigueur en avril des restrictions liées à la “pause d’urgence” pour endiguer une troisième vague d’infections, les perspectives immédiates semblent moins prometteuses.”

Le risque de revers reste tangible en France également, où plusieurs régions, dont Paris, sont en nouveau confinement depuis samedi.

Les contraintes d’approvisionnement sont un autre casse-tête qui menace de saper la reprise. Le coût des intrants a bondi dans les deux pays, réduisant les marges et forçant les entreprises à augmenter leurs prix.

Laisser un commentaire