« Aucun moyen d’éviter la colère de la France », selon le Premier ministre australien

Le Premier ministre australien Scott Morrison a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucun moyen d’éviter la colère de la France concernant l’abandon d’un contrat de sous-marin, alors que l’ambassadeur de son pays se prépare à retourner à Canberra.

L’ambassadeur français en Australie, Jean-Pierre Thebault, a été rappelé après que la décision du Premier ministre d’annuler un contrat de 50 milliards d’euros portant sur des sous-marins ait provoqué la colère de Paris.

Le diplomate expérimenté va maintenant retourner en mission pour redéfinir les termes de la relation entre la France et l’Australie et défendre les intérêts du pays alors que le contrat prend fin.

M. Morrison a déclaré que la réparation de la relation consisterait à reprendre la coopération existante, bien que le gouvernement français ait appelé à des actions plutôt qu’à des mots.

Alors que la France affirme avoir été poignardée dans le dos par l’Australie, le Premier ministre est catégorique : la rupture du contrat n’aurait pas pu être traitée différemment.

« Nous n’aurions jamais pu prendre cette décision sans que la France soit profondément déçue et blessée », a-t-il déclaré aux journalistes à Canberra jeudi.

« Il n’y avait aucun moyen d’éviter cela ».

Il a salué le retour de l’ambassadeur, qui, selon lui, « allait poursuivre son travail ».

L’opposition australienne soutient que M. Morrison n’a pas réussi à engager un dialogue respectueux avec le président français Emmanuel Macron, qui refuse désormais tout échange.

« Il n’était néanmoins pas nécessaire d’arriver jusqu’à cette rupture des relations avec la France et avec l’Union européenne », a déclaré à la presse le leader de l’opposition australienne Anthony Albanese.

L’Australie a torpillé l’accord portant sur 12 bateaux à moteur diesel de la société française Naval Group en faveur de l’accès à la technologie des sous-marins nucléaires dans le cadre du pacte AUKUS avec les États-Unis et le Royaume-Uni.

M. Morrison affirme que l’Australie a d’autres accords de défense avec la France.

« Les relations entre l’Australie et la France sont plus importantes qu’un simple contrat », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que le gouvernement avait une bonne compréhension de la façon de gérer la sortie du contrat avec la société française Naval Group, mais a refusé de dire combien de compensation serait due.

« Soyons clairs – l’Australie prend des décisions dans notre intérêt national ».

Le ministre de la Défense Peter Dutton a déclaré que le retour de l’ambassadeur était réjouissant.

« Nous avons une relation importante avec la France et nous voulons la normaliser », a-t-il déclaré à 2GB jeudi.

AUKUS est conçu pour contrer l’agression croissante de la Chine, qui a vu jusqu’à 150 avions de guerre pénétrer dans la zone aérienne de défense de Taïwan.

« Comme nous l’avons vu avec la Chine et Taiwan ces derniers jours, il y a des signes très inquiétants », a déclaré M. Dutton,

L’ancien Premier ministre australien Tony Abbott se trouve à Taïwan pour rencontrer des ministres du gouvernement et s’adresser à un forum international.

M. Morrison a déclaré que M. Abbott visitait la nation insulaire à titre privé.

La politique australienne d’une seule Chine ne reconnaît pas officiellement Taïwan comme un pays, mais maintient des contacts non officiels pour promouvoir les intérêts économiques, commerciaux et culturels.

Laisser un commentaire