Le rebond économique du Royaume-Uni est plus fort que prévu au deuxième trimestre

L’économie britannique a enregistré des résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre, les ménages ayant dépensé plus et épargné moins suite à l’assouplissement des restrictions de fermeture, selon des données officielles publiées jeudi.

Le produit intérieur brut au cours des trois mois jusqu’en juin a fait un bond de 5,5 %, en forte hausse par rapport à une estimation officielle antérieure de 4,8 %, a indiqué l’Office for National Statistics dans un communiqué, citant également les modifications comptables de l’ONS.

La production du PIB a toutefois ralenti depuis lors, la Banque d’Angleterre avertissant que la reprise s’essouffle en raison des retombées de la pandémie et des goulets d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement.

Les perspectives se sont également assombries jeudi avec la fin du coûteux programme de chômage technique du gouvernement britannique, qui menace de faire exploser le chômage après avoir soutenu des millions d’emplois dans le secteur privé pendant la pandémie.

En outre, les consommateurs et les entreprises doivent faire face à la flambée des prix de l’essence et à une pénurie chronique de chauffeurs routiers, qui a contribué à une ruée sur le carburant.

« Bien que les révisions à la hausse du PIB soient clairement les bienvenues, le deuxième trimestre a eu lieu il y a trois mois et la reprise semble avoir stagné depuis », a déclaré Ruth Gregory, économiste principale au cabinet de conseil Capital Economics.

Les données officielles récentes ont montré que l’économie britannique n’a progressé que de 0,1 % en juillet.

L’ONS a ajouté jeudi que l’économie s’est contractée de 1,4 % au premier trimestre, alors que l’estimation précédente prévoyait une contraction de 1,6 %.

Au deuxième trimestre, « l’épargne des ménages a chuté de manière particulièrement forte… par rapport aux niveaux record atteints pendant la pandémie, car de nombreuses personnes ont pu à nouveau dépenser pour faire du shopping, manger au restaurant et conduire leur voiture », a déclaré Jonathan Athow, statisticien de l’ONS.

« Nous avons publié aujourd’hui de nouvelles estimations révisées du PIB, qui comprennent de nombreuses améliorations des sources et des méthodes », a-t-il ajouté.

L’ONS a toutefois noté que l’économie britannique restait inférieure de 3,3 % à son niveau du dernier trimestre de 2019, avant que la pandémie ne frappe.

La nouvelle de jeudi signifie que la Grande-Bretagne n’était plus à la traîne dans le groupe des pays les plus riches du G7, selon l’économiste de Pantheon Macro Samuel Tombs.

La révision à la hausse du deuxième trimestre aligne les performances de l’économie britannique sur celles des autres économies du G7, a-t-il déclaré.

« Le déficit de 3,3 % du PIB par rapport à son pic du quatrième trimestre 2019 est désormais identique à celui observé en Allemagne, similaire au déficit de 3,2 % en France, et meilleur que le déficit de 3,8 % en Italie », a-t-il ajouté.

La forte reprise britannique du deuxième trimestre a été alimentée par les dépenses de consommation, tandis que le gouvernement a continué à fournir un soutien financier massif, notamment dans le cadre de son programme de soutien à l’emploi.

Les commentateurs craignent que la fin des congés payés ne provoque une flambée du chômage et un effondrement du niveau de vie.

Laisser un commentaire