Proglio et plus de 130 entreprises soutiennent le nucléaire

henri_proglio_gouvernementLe PDG d’EDF, Henri Proglio, a été auditionné jeudi 18 avril par le Conseil national du débat sur la transition énergétique, pour donner son point de vue sur la transition énergétique. Sans surprise, il a défendu l’utilisation de l’énergie nucléaire. Il a également évoqué le secteur du bâtiment, qui représente 44% de l’énergie consommée en France. Parallèlement, sa position a été soutenue par le représentant de 130 entreprises engagées dans les économies d’énergie, François Michel, qui a évoqué un “consensus” autour de l’importance du nucléaire parmi les entrepreneurs français.

Pour Henri Proglio, la transition énergétique doit passer par un soutien de l’industrie nucléaire, la seule selon lui qui permet de produire l’électricité nécessaire à la consommation des Français. Il considère que la transition énergétique doit passer par une baisse de la consommation des hydrocarbures, responsables des émissions de CO2, remplacés par l’utilisation de l’électricité.

« L’Agence Internationale de l’énergie, le GIEC… la plupart des scénarios de prospective énergétique le montrent : l’électricité est un levier de décarbonation efficace, parce qu’elle peut être produite sans CO2 à des coûts maîtrisés et parce qu’elle peut se substituer aux énergies fossiles dans les usages », a-t-il expliqué à la Commission.

Si le chef d’entreprise a repris son argumentaire en faveur de l’énergie nucléaire (décarbonée, peu chère, compétitive, créatrice d’emplois industriels…), il a insisté sur l’importance des économies d’énergie à réaliser, et en particulier pour les secteurs du bâtiment et des transports, qui constituent 70% de la consommation électrique française.

Le même jour, en marge de l’intervention d’Henri Proglio, François Michel, président du «groupe de contact entreprises» et représentant d’une union de plus de 130 entreprises, qui doit également être reçue par Conseil national du débat le 25 avril, pour présenter une douzaine de propositions pour économiser d’énergie, a accordé une interview au Figaro pour faire part des positions de ce groupe d’entreprises.

Et au delà de la proposition d’une «obligation de rénovation thermique au moment du ravalement» François Michel et en accord avec Henri Proglio sur un autre point : le nucléaire.

En effet, François Michel a expliqué au Figaro que les patrons du groupement d’entreprises considèrent l’atome comme un atout pour la France . «Il existe un consensus très fort» dans les ­entreprises françaises, a-t-il expliqué, précisant que même les ­producteurs d’électricité renouvelable sont d’accords, pour défendre une «prolongation» du parc nucléaire français.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire