Espionnage à Disneyland : le groupe Euro Disney condamné

Le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne) a condamné hier le groupe Euro Disney, premier employeur de Seine-et-Marne, à 150.000 euros d’amende pour avoir espionné ses salariés.

Le parc d’attraction a en effet recruté en 1997 deux  retraités des forces de l’ordre pour enquêter sur les candidats à l’embauche et les salariés en période d’essai.

L’espionnage a perduré jusqu’en 2004 et a concerné des milliers de personnes. Les deux ex-gendarmes embauchés par Disney se servaient de leur contact pour obtenir en toute illégalité les informations figurant dans les fichiers de police Stic et de gendarmerie Judex.

Les deux hommes étaient rémunérés 240.000 francs (37.000 euros) par an. Ils ont également été condamnés par le tribunal correctionnel de Meaux. Ils écopent de 6 à 10 mois de prison avec sursis et de 3.000 à 4.000 euros d’amende.

Le groupe Euro Disney justifie cet espionnage par des raisons de sécurité. Le parc d’attraction voulait assurer la sécurité de ses visiteurs et cherchait à se prémunir de tout acte de terrorisme et de pédophilie. C’est d’ailleurs le viol d’un enfant par un employé du parc qui a déclenché ces mesures illégales.

Le syndicat CFDT caractérise cette condamnation à 150.000 euros d’amende de « dérisoire » pour le groupe qui a réalisé en 2012 un chiffre d’affaire de 1,3 milliards d’euros.

Laisser un commentaire