Les rapports économiques sino-africains sont-ils équilibrés ?

L’homme d’affaire Jean-Yves Ollivier a publié une tribune dans le Huffington Post, où il revient sur les rapports économiques entre l’Afrique et la Chine. Selon lui, ces rapports ne seraient pas aussi profitables aux Africains qu’aux Chinois. Parallèlement, sa biographie, Plot for Peace, a été présentée au marché du cinéma de Cannes.

Selon Jean-Yves Ollivier, l’explosion de la présence chinoise en Afrique est incontestable, comme en témoignent les chiffres qu’il donne :

83ème partenaire commercial du continent en 1996, l’empire du Milieu est désormais numéro deux, derrière les États-Unis, et toujours sur sa lancée d’une croissance fulgurante. Depuis le début du 21ème siècle, les échanges sino-africains sont passés de 20 à 220 milliards de dollars. Plus de 2.000 entreprises chinoises se sont implantées au sud du Sahara.

Pour autant, l’homme affaire considère que les échanges entre le continent africain et la Chine ne sont pas favorables aux Africains, qui vendent leurs matières premières, quand les Chinois vendent leurs produits manufacturés. Il pense ainsi qu’il y a peu de chances que l’Afrique parvienne à tirer plus profit de ses rapports économiques avec la Chine, qu’elle n’a su le faire avec l’Europe et les États-Unis.

“Avec la Chine maintenant, comme avec l’Occident depuis deux siècles, l’échange inégal continue: l’Afrique vend ses matières premières non transformées et achète les produits manufacturés des autres. On sait de quel côté se trouve la plus-value. Ce qui devrait suffire à river le clou aux démagogues, qui prétendent que l’Afrique va se développer grâce à la Chine”, explique-t-il.

Jean-Yves Ollivier est connu pour son rôle dans la chute de l’Apartheid en Afrique du Sud et la libération de Mandela. Un film sur sa vie, Plot for Peace, réalisé par Carlos Agullo, a récemment été présenté au festival de Cannes.

PLOT FOR PEACE Bande annonce – Français from Indelible Media on Vimeo.

Laisser un commentaire