EDF, un acteur clé de l’industrie française

flamanville3_photoEDFAlors que sa croissance faiblit au troisième trimestre 2013, la France peut compter sur ses industriels pour lui rappeler ses atouts. Ainsi, le PDG d’EDF, Henri Proglio, tient à souligner que la filière nucléaire lui permet de bénéficier d’un prix de l’énergie compétitif tout en contribuant au rétablissement de notre balance commerciale. Le temps d’une interview, il nous dévoile ses pistes pour conserver cet avantage comparatif.

Au niveau de la participation du groupe à l’étranger, le dirigeant revient sur les raisons qui ont motivé ses dernières décisions : « nous ne souhaitons pas être spectateurs de notre destin, je déteste ne pas maîtriser. Nous pouvons être minoritaires si c’est une étape vers quelque chose mais sinon, nous faisons des arbitrages. Et on ne s’interdit pas de gagner des contrats plutôt que d’acquérir des entreprises ». Par ailleurs, il aurait également pu mentionner les accords obtenus pour développer l’EPR en Angleterre, ou encore sa stratégie ambitieuse dans les énergies renouvelables ; les marchés du solaire, de l’éolien, et de l’hydraulique, bénéficient des savoir-faire d’EDF et de ses programmes de recherche.

S’il n’a pas désiré participer à l’appel pour la réforme du marché de l’énergie par les professionnels, il ne manque pas de critiquer les dispositifs de soutien aux énergies renouvelables.  Outre ses effets sur les finances publiques, ils pourraient tout simplement déstabiliser les géants européens de l’énergie, au profit d’acteurs étrangers qui bénéficient déjà d’un contexte réglementaire plus incitatif. Malgré cette concurrence accrue, l’entreprise française continue d’enregistrer de bonnes performances économiques, comme le soulignait dernièrement Henri Proglio : « ce premier semestre 2013 est marqué par une bonne performance opérationnelle qui est le fruit des investissements réalisés depuis plusieurs années ».

Nonobstant, le chef d’entreprise est dans l’obligation de faire face à d’importants investissements dans les réseaux. De plus, les prix de l’énergie sont sensiblement orientés à la hausse pour les prochaines années, c’est pourquoi le chef d’entreprise se voit contraint de « plaider pour des hausses tarifaires acceptables pour le consommateur ». Toutefois, ce dernier tenait à préciser qu’il n’y aura pas d’augmentation des prix de l’électricité cet hiver. Enfin une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat !

Laisser un commentaire