Abattoir Gad : des salariés licenciés appelés en renfort !

gad_josselinVoilà une situation assez coquasse mais qui soyons-en sûr, ne doit pas faire sourire les anciens salariés des abattoirs Gad rachetés au mois de septembre dernier par le groupe SVA Jean Rozé après une procédure de liquidation judiciaire. Le groupe Josselin Porc Abattage, nouveau nom attribué aux abattoirs Gad, aurait selon des sources syndicales, rappelés 17 salariés licenciés pour palier un manque d’effectif.

Alors que l’offre de reprise validée par le tribunal de commerce de Rennes le 13 octobre dernier prévoyait le maintien de 530 postes sur 755, soit la suppression de 225 postes, le site fonctionne en sous-effectif depuis le 20 octobre. La présence d’intérimaires ne suffit pas à absorber l’activité de l’abattoir et certains employés cumulent des journées de 40 heures, selon les syndicats.

La situation est d’autant plus surprenante qu’elle intervient seulement 10 jours après la reprise d’activité et que ce sont surtout des postes clés qui manquent à l’appel. Les besoins seraient urgents sur des profils à savoir-faire précis comme la transformation de la viande ou sur des profils d’encadrement. Signe pour les syndicats d’un manque d’implication certains du propriétaire dans le nouveau projet industriel.

De son côté, le groupe SVA Jean Rozé n’a pas souhaité commenter cette information, se contentant de rappeler le programme d’investissements et de modernisation prévu dans cette usine. «Nous allons doter Gad de nouveaux équipements complets sur la partie aval du site, à savoir le désossage, la découpe et la préparation de commande. Nous devons nous mettre dans une logique de satisfaction des clients», avait précisé Dominique Langlois au Figaro.

Crédits photo : Hitwest

Laisser un commentaire