Les mesures de sécurité coûteront 200 millions de plus que prévu

CC/pixabay/MurlocCra4ler

CC/pixabay/MurlocCra4ler

C’est un mauvais calcul dont le gouvernement se serait bien passé : les mesures de sécurité annoncées après les attentats de Paris pour renforcer la sécurité de la France sur le plan intérieur et extérieur ont été mal estimées. Dans la dernière version de la loi du budget 2016 en discussion au Sénat ce sont plus de 200 millions d’euros de plus que le gouvernement devra sortir de sa poche.

L’annonce avait été faite dès le lendemain des attentats : plus de 8 500 fonctionnaires allaient être embauché dans tous les secteurs de la justice et notamment dans la police et la gendarmerie afin de protéger le pays. La DGSE, les Douanes ou encore le ministère de l’Intérieur allaient également avoir une enveloppe augmentée pour faire face à la menace terroriste.

Ces mesures, annoncées en toute hâte, avaient été estimées à 600 millions d’euros mais… il semblerait que l’estimation fut erronée. Dans la dernière version de la loi du budget 2016 ces mêmes mesures ont plutôt été estimées à 815 millions d’euros, soit 215 millions d’euros de plus.

Le gouvernement aurait oublié de compter des opérations extérieures en Syrie, divers coûts annexes et… le coût des retraites de ces nouveaux fonctionnaires.

Une telle dépense imprévu, bien que justifiée par l’urgence de la situation, risque de compliquer les choses pour le gouvernement qui a, jusqu’à présent, maintenu son objectif de faire baisser le déficit de la France sous les 3% à l’horizon de 2017 comme le lui réclame Bruxelles. Or la Commission Européenne considérait déjà très compliqué pour la France d’atteindre cet objectif avant les attentats donc avant ces nouvelles dépenses.

Laisser un commentaire