La deuxième liaison électrique entre le Royaume-Uni et la France commence à fonctionner à pleine capacité

IFA2, le deuxième interconnecteur électrique de National Grid reliant le Royaume-Uni et la France, est désormais capable de faire circuler à pleine capacité de l’électricité à faible teneur en carbone entre les deux pays.

Les négociants en gros d’électricité ont commencé hier à acheter de la capacité pour transporter l’électricité par le câble électrique sous-marin de 239 km, qui s’étend sur le fond marin entre Fareham, Hampshire au Royaume-Uni et près de Caen, en Normandie en France.

IFA2, une entreprise commune avec le gestionnaire de réseau de transport français RTE, augmente la quantité d’énergie propre qui peut être partagée entre les deux pays.

D’une capacité de 1 000 MW, le câble électrique à courant continu haute tension (CCHT) peut fournir suffisamment d’énergie pour alimenter un million de foyers britanniques et devrait répondre à 1,2 % de la demande d’électricité de la Grande-Bretagne.

En important de l’électricité à faible teneur en carbone de France, nous estimons que le projet aura empêché 1,2 million de tonnes (Mt) de CO2 de pénétrer dans l’atmosphère – ce qui équivaut à planter 50 millions d’arbres – au cours de sa première année complète de fonctionnement.

Jon Butterworth, directeur général de National Grid Ventures, a déclaré “IFA2 est le dernier exploit d’une ingénierie de classe mondiale contribuant à transformer et à décarboniser les systèmes électriques de la Grande-Bretagne et de ses voisins européens. Nous sommes ravis d’avoir pu à nouveau travailler avec nos partenaires RTE pour renforcer la connexion entre les réseaux électriques français et britannique.

“Ensemble, nous sommes désormais en mesure de contribuer à fournir aux consommateurs une énergie plus propre, plus sûre et plus abordable aux deux extrémités du câble. Notre premier interconnecteur commun, IFA, fonctionne avec succès depuis plus de 30 ans. Nous sommes impatients de travailler avec RTE au cours des 30 prochaines années, afin de soutenir la réalisation des objectifs “net zero” pour lutter contre le changement climatique au Royaume-Uni et en Europe”.

Depuis le début de la construction en 2018, l’IFA2 a vu plus de 1 000 ingénieurs et spécialistes travailler au total, soit environ 3,2 millions d’heures de travail à ce jour.

Le portefeuille de National Grid compte désormais quatre interconnexions opérationnelles : deux vers la France (IFA et IFA2), une vers les Pays-Bas (BritNed) et une vers la Belgique (Nemo Link). Deux autres projets sont en cours de construction – la Norvège (North Sea Link, opérationnelle en 2021) et le Danemark (Viking Link, opérationnelle en 2023).

D’ici 2030, 90 % de l’électricité importée via les interconnexions du réseau national sera issue de sources à émission de carbone nulle. Entre 2020 et 2030, nous estimons que nos interconnexions empêcheront plus de 100 millions de tonnes de CO2 de pénétrer dans l’atmosphère.

Laisser un commentaire