La zone euro entre en récession à double creux au premier trimestre

Bruxelles : L’économie de la zone euro est entrée en récession pour la deuxième fois en moins d’un an au premier trimestre, selon des données publiées vendredi, la lenteur des vaccinations et les blocages liés à la pandémie ayant empêché tout rebond.

L’Europe a été durement touchée par une deuxième et une troisième vague de la pandémie de coronavirus, les multiples tentatives de réouverture de l’économie ayant été interrompues par de nouvelles épidémies.

Des données plus récentes ont toutefois donné aux Européens l’assurance que la récession sera de courte durée, des enquêtes montrant que l’industrie manufacturière est désormais en plein essor.

Et avec la campagne de vaccination qui démarre enfin, la demande refoulée devrait suivre, car les Européens commencent à dépenser davantage dans les magasins, dans les restaurants rouverts et pour le tourisme.

Le plan de relance de l’Union européenne, qui progresse lentement, devrait également être mis sur les rails, donnant ainsi un coup de pouce bien nécessaire aux pays du Sud écrasés par la pandémie.

La baisse de 0,6 % du produit intérieur brut en glissement trimestriel fait suite à une contraction de 0,7 % au cours des trois derniers mois de 2020, plongeant la zone à monnaie unique dans une récession technique – définie comme deux trimestres consécutifs de croissance négative.

En revanche, jeudi, les États-Unis ont annoncé une croissance de 1,6 % au premier trimestre par rapport aux trois mois précédents, et il y a deux semaines, la Chine a annoncé une expansion de 0,6 %.

Une grande partie de l’Europe a été soumise à différents niveaux de verrouillage au cours des trois premiers mois de cette année, fermant les magasins et limitant les voyages pour contenir une troisième vague d’infections par le virus Covid-19.

L’Allemagne a été la principale économie européenne la plus touchée, enregistrant une contraction trimestrielle de 1,7 %, la baisse de la consommation des ménages ayant compensé la hausse des exportations manufacturières. Le PIB de l’Espagne s’est contracté de 0,5 % en raison de la baisse de la consommation des ménages et de l’industrie manufacturière, tandis que la production de l’Italie a diminué de 0,4 %, entraînée par la baisse de l’activité du secteur des services. L’économie du Portugal s’est contractée de 3,3 % après une épidémie de Covid-19.

 

Laisser un commentaire