DNV lance une étude de sécurité pour une installation offshore d’hydrogène

DNV dirigera l’étude de sécurité des procédés pour identifier les principaux risques environnementaux, sécuritaires et opérationnels de l’installation d’hydrogène renouvelable de Lhyfe et Centrale Nantes.

Lhyfe, producteur et fournisseur d’hydrogène vert et renouvelable pour le transport et l’industrie, et Centrale Nantes, est une école d’ingénieurs et un centre de recherche français, et gère le site d’essai offshore SEM-REV. Les deux organisations ont pour objectif de faire de l’hydrogène renouvelable offshore une réalité, en démontrant la fiabilité d’un électrolyseur offshore.

Situé au large des côtes du Croisic, en France, le système de production d’hydrogène vert est destiné à être alimenté par l’électricité d’une éolienne flottante, avec une date de démarrage prévue en 2022.

Dans le cadre de la conception de la nouvelle installation, DNV organisera des ateliers et des sessions techniques afin d’identifier et d’analyser les principaux risques environnementaux, sécuritaires et opérationnels associés au projet.

Santiago Blanco, Vice-président exécutif et Directeur régional Europe du Sud, MEA et LATAM, Systèmes d’énergie chez DNV a déclaré : “Il s’agit potentiellement d’un projet décisif, que nous sommes ravis de soutenir au cours de la phase FEED. Prouver la sécurité de telles activités, en particulier avec de nouvelles technologies, pour les faire accepter et les rapprocher de l’adoption, est vital pour l’industrie et les parties prenantes.”

“Travailler avec Lhyfe et Centrale Nantes pour faire avancer leurs ambitions est quelque chose que nous sommes heureux d’annoncer, car nous pensons que l’hydrogène vert à l’échelle est la destination ultime pour l’avenir du stockage d’énergie.”

Les risques qui seront étudiés par DNV comprennent la barge flottante, les piles à combustible et la production d’hydrogène. Un examen des réglementations et des normes fera également partie de l’étude.

L’électrolyseur offshore sera installé sur la plateforme flottante de GEPS Techno et connecté aux différentes sources d’énergie marine renouvelable (EMR) disponibles sur le site d’essai offshore, notamment l’éolienne flottante Floatgen. Ce procédé de production n’émet que de l’oxygène, pas de CO2 pendant l’opération. Centrale Nantes met également à disposition ses moyens de recherche et apporte son soutien aux différentes phases réglementaires, expérimentales et logistiques pour assurer le succès du projet.

Laisser un commentaire