“Nous avons des droits” : le personnel de santé français furieux de l’obligation vaccinale

Un agent de santé administre une dose du vaccin “Comirnaty” Pfizer BioNTech COVID-19 au Parc des Expositions d’Angers dans le cadre de la campagne de vaccination contre le coronavirus (COVID-19) en France, le 13 avril 2021.

Sandra Barona, employée de maison de retraite, est si farouchement opposée à la vaccination contre le COVID-19 qu’elle a déclaré qu’elle pourrait quitter son emploi après que le président français Emmanuel Macron a ordonné à tous les travailleurs de la santé de se faire vacciner, rapporte Caroline Pailliez pour Reuters.

Mme Barona, qui s’occupe de résidents âgés dans une maison de soins au sud-ouest de Paris, a exprimé sa méfiance à l’égard des vaccins qui, selon elle, ont été développés trop rapidement, même si les régulateurs du monde entier ont répété à plusieurs reprises que la rapidité ne compromettrait pas la sécurité. Mais elle s’offusque surtout de voir ses libertés individuelles bafouées.

“Nous avons des droits en France. Nous vivons dans un pays qui croit à la liberté, à l’égalité”, a-t-elle déclaré, faisant référence à deux des principes fondateurs de la République française.

Mme Barona a déclaré que M. Macron établissait une discrimination entre les personnes vaccinées et celles qui ne le sont pas – une question qui, selon certains adversaires de M. Macron, pourrait poser des problèmes juridiques pour les projets du président.

Présentant le vaccin comme le seul moyen de mener une vie normale, M. Macron a déclaré que l’inoculation était une question de responsabilité individuelle, mais aussi une question de liberté collective, car la variante Delta favorise la propagation rapide de nouvelles infections.

Face à une nouvelle variante hautement contagieuse et à une forte baisse du taux de vaccination, il a déclaré qu’il était nécessaire d’obliger les professionnels de la santé à se faire vacciner contre le COVID-19 et d’inciter le grand public à suivre.

Les agents de santé seront contrôlés à partir de la mi-septembre et ceux qui ne seront pas vaccinés contre le COVID-19 ne seront pas autorisés à travailler et verront leur salaire suspendu.

“Je suis prête à démissionner et à choisir une autre voie plutôt que de me faire vacciner”, a déclaré Mme Barona, 45 ans, tout en reconnaissant qu’elle pourrait choisir de se faire vacciner contre le COVID-19 si cela devenait le seul moyen de voir sa famille à l’étranger.

Laisser un commentaire