Pour contrer Conforama la Fnac cherche des alliés

cc/Public Domain

cc/Public Domain

L’offre sur Darty, le spécialiste de l’électroménager convoité par la Fnac depuis fin 2015, faite par Steinhof aura créé la surprise : la fusion entre les deux vendeurs au détail français est désormais compromise. Mais le spécialiste des biens culturels n’a pas l’intention de se faire piquer Darty sans tenter le tout pour le tout. Et pour ce faire il chercherait des alliés.

Alors que le rachat de Darty par la Fnac semblait quasiment signé, l’offre de la Fnac valorisant Darty à quelques 800 millions d’euros que le groupe aurait payé en numéraire à hauteur de 95 millions d’euros et le reste en actions Fnac, voilà que Steinhof, maison-mère de Conforama, fait une contre-offre.

Le sud-africain spécialisé dans le meuble a mis sur la table 858 millions d’euros intégralement en cash pour s’offrir le spécialiste de l’électroménager. Une offre que Kering, propriétaire de Darty, n’aura pas de mal à préférer à celle de la Fnac.

Selon le journal du Dimanche, toutefois, Alexandre Bompard aurait déjà prévu la suite des événements. Il espère réussir à faire une contre-offre qui surpasse celle de Steinhof et ainsi continuer dans son optique d’acquisition. Mais pour ce faire il n’a que trois options dont deux qui seraient déjà écartées.

D’une part il pourrait faire appel à un fonds d’investissement mais selon la source du JDD cette option serait déjà écartée : les fonds d’investissement ont des demandes trop importantes en termes de résultats. La Fnac pourrait également faire appel à un autre distributeur mais là c’est la question de la concurrence entre les deux qui pose problème.

Reste la solution de la levée de dette auprès des banques. Une manière pour la Fnac de conforter la partie en numéraire de son offre et, peut-être, de valoriser Darty plus qu’elle ne l’a déjà fait.

Laisser un commentaire