LVMH affiche une santé insolente, tiré par Dior et Louis Vuitton

Si la pandémie mondiale a chahuté l’ensemble des secteurs économiques en 2020, les ventes de produits de luxe ont su rebondir dès l’été. Les marques iconiques Louis Vuitton et Dior ont permis au groupe de résister à la crise sanitaire. Bernard Arnault, le président de LVMH, se veut confiant pour 2021.

Le luxe est une valeur refuge. Pourtant, le secteur ne fut pas épargné en 2020 avec la fermeture des boutiques, des sites de production et l’arrêt des vols internationaux. Le leader mondial du secteur, le groupe français LVMH, n’a pas fait exception à la règle et a vu son chiffre d’affaires baisser de 16%… sans pour autant s’effondrer : le chiffre d’affaires est passé de 53,7 milliards d’euros en 2019 à 44,7 milliards d’euros en 2020.

Dès le second semestre 2020, les ventes ont ainsi redémarré, avec un faible recul par rapport à l’année d’avant, de 5%. Au quatrième semestre, le recul était de 3% et la division mode et maroquinerie, notamment avec les valeurs sûres Louis Vuitton et Dior, montrait des signes de reprise, avec une hausse des ventes de 18%. La marque phare du groupe, Louis Vuitton, a tenu bon grâce à ses nouveautés et ses articles iconiques. Ainsi que la maison Dior, et plus marginalement Loewe, Céline, ou encore Fendy. La marque de soin créée par Rihanna, Fenty Skin, connait, selon le groupe, un “début très prometteur“.

Résistance de LVMH et revenge shopping

Cette résilience du secteur est due à un certain nombre de paramètres, au premier rang desquels la consommation chinoise qui a repris dès le deuxième trimestre, en particulier dans le secteur du luxe (et de l’automobile), avec un rebond de 3,2% par rapport au deuxième trimestre 2019. Cette consommation fut le véritable moteur de la reprise, avec un bond de plus de 50% dès le second semestre, qui s’explique notamment par le phénomène du revenge buying ou revenge shopping, une tendance à vouloir consommer plus après des mois de frustration liée au confinement. Le rebond de la consommation ne fut pas en reste en Amérique du Nord au troisième trimestre avec une hausse de 7,4 %.

« LVMH a fait preuve en 2020 d’une résistance remarquable face à la crise sanitaire sans précédent que le monde traverse, a précisé Bernard Arnault. Le président du groupe LVMH considère que « dans un contexte qui reste incertain, même si l’espoir de la vaccination nous laisse entrevoir la fin de la pandémie, nous sommes convaincus que LVMH est en excellente position pour s’appuyer en 2021 sur la reprise que le monde espère ».

 

 

Laisser un commentaire