Vivendi se positionne à l’heure du numérique

Entre les évolutions sociétales induites par l’émergence du numérique, et le comportement des consommateurs, la création de contenu est Numériquedevenue le fil d’Ariane des acteurs du digital. Vivendi, premier groupe français à s’en être rendu-compte, semble désormais se préparer pour une offensive. Cependant le contexte géopolitique pourrait bien venir freiner les ambitions du géant français, à en croire Agnès Benassy-Quéré présidente-déléguée au Conseil d’analyse économique…

Comme nous le décrypte Didier Pouillot, responsable du DigiWorld Yearbook 2014, « aujourd’hui, la dynamique des marchés est clairement du côté des services internet, qui enregistrent des croissances de l’ordre de 20 % par an ». Avec ces services, la création de contenus est bien au cœur de l’économie numérique. Après avoir longtemps fait rêver les consommateurs sur les biens d’équipement et les NTIC, les industriels s’aperçoivent que les échanges digitaux nécessitent de la matière. Ainsi, « les applications mobiles et la vidéo OTT sont aujourd’hui les activités les plus dynamiques (plus de 30 % de croissance chacun en 2013) ».

Dans une tribune au journal Le Monde, on pouvait lire l’analyse de « Jean-Michel Jarre, qui préside la Cisac, la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et de compositeurs, [et qui] explique : « La partie smart (intelligente) du smartphone, c’est nous ! » ». C’est devant ce constat plus que face aux accusations de conglomérat que le groupe Vivendi a d’ailleurs décidé de se réorienter en un pôle média et création de contenu dès le début des années 2010. La stratégie, exposée par le président du directoire, Jean-Françoisl Dubos, doit justement permettre à l’entreprise de « s’affirmer comme un leader européen, voire mondial » dans les contenus et leur distribution.

Afin de mener ce combat, le désendettement du groupe était primordial, et les récentes cessions (Activision, SFR, Maroc Telecom) ont également permis de libérer d’importantes marges de manœuvre. Face à la concurrence, la direction a de nombreux arguments à faire valoir d’abord son positionnement sur ses marchés : Universal Music est le premier producteur de musique au monde, tandis que Canal + a une aura largement internationale depuis son entrée aux Amériques. Par ailleurs d’autres projets pourraient bien voir le jour prochainement, à en croire les déclarations du président du conseil de surveillance, Jean-René Fourtou, dans la lettre qu’il a adressée à ses actionnaires fin avril dernier.

Premier mouvement stratégique qui se dessine, les négociations avec Orange pour une prise de participation dans la pépite française Dailymotion. En concurrence avec l’américain Microsoft, le Français garde toutes ses chances comme nous l’explique très justement CB news, remémorant la prise de position d’Arnaud Montebourg lors de la tentative de Yahoo de mettre la main sur la plateforme de streaming. De plus, après la présentation des résultats financiers pour le premier trimestre 2014, le directeur financier Hervé Philippe présentera « les orientations stratégiques du nouveau Vivendi » dans les prochains mois. A cette occasion, d’autres acquisitions (Netflix, HBO) sont d’ores et déjà mentionnées mais restent pour l’heure à l’état de rumeur.

Seulement si la stratégie industrielle se clarifie, le contexte géopolitique s’obscurcit… Il est vrai que le décret Alstom, pourrait bien entraîner des conséquences inattendues pour les entreprises françaises, notamment en termes de mesures de rétorsion. Agnès Benassy-Quéré présidente-déléguée au Conseil d’analyse économique expliquait lors d’un chat organisé par La Croix que « les multinationales françaises rachètent aussi des entreprises étrangères et ce mouvement là est plus important que l’autre. Et nous devons faire attention à ne pas nuire aux intérêts de nos multinationales françaises à l’étranger ». Rattaché au Premier Ministre, le CAE met donc en garde contre l’emportement de certains membres du gouvernement…

Crédit Photo: Siècledigital

Déjà un commentaire sur cet article

  1. Julien dit :

    D´abord il ont fait faillite et maintenant ils essaye de se positionner sur le web. sorry juste trop en retard

Laisser un commentaire